Aller au contenu principal

Thomas Pelletier, président de la FNPFC
La reconnaissance de la filière cidricole

Thomas Pelletier, président de la FNPFC (Fédération Nationale des Producteurs de Fruits à Cidre) siège au Comité national des IGP. Il en assure même la vice-présidence. 

Notre profession (producteurs et transformateurs), dans ses différentes composantes géographiques (IGP Bretagne et Normandie), est désormais écoutée et entendue au niveau national. 
Notre profession (producteurs et transformateurs), dans ses différentes composantes géographiques (IGP Bretagne et Normandie), est désormais écoutée et entendue au niveau national. 
© TG

Quelle importance attachez-vous à la nouvelle organisation du Comité National IGP ?
On ne peut que se réjouir de cette reconnaissance, par l’administration, de la filière cidricole qui va pouvoir ainsi défendre ses spécificités. Notre profession (producteurs et transformateurs), dans ses différentes composantes géographiques (IGP Bretagne et Normandie), est désormais écoutée et entendue au niveau national. 

Concrètement, ça va changer quoi ?
Le point le plus important est qu’il existe aujourd’hui un contre-pouvoir face aux exigences de l’administration. Prenez par exemple les cahiers des charges des AOC cidricoles, les demandes des producteurs étaient très claires mais elles n’ont jamais vraiment été entendues.
Désormais, la gestion des signes de qualité nous appartient un peu même si nous ne sommes pas seuls autour de la table. L’approche des problématiques n’en sera que plus pragmatique et tiendra compte des contraintes des producteurs, des transformateurs mais aussi du marché. 

A propos du marché justement, celui des AOC cidricoles semble à la peine ?
On assiste effectivement à une décroissance que ce soit au niveau des Calvados, Pommeau et Cidres. L’AOC représente certes une belle vitrine mais elle ne génère pas de plus-value alors qu’elle impose ses contraintes.
40 000 t de pommes sont transformées par ce biais dont 30 000 t proviennent de producteurs qui ne siègent pas au sein des ODG, de l’IDAC... C’est une première difficulté. L’autre problème, c’est qu’en excluant les transformateurs significatifs, on s’est privé d’un effet de masse, d’un effet volume. Les AOC cidricoles manquent d’une locomotive. Peut-être faudrait-il réouvrir ce dossier ?

• Le Comité comprend 50 membres, nommés pour 2 ans :
- 33 représentants des professionnels des secteurs de la production, de la transformation ou du négoce des produits concernés ;
- 7 personnalités qualifiées par leurs activités sur le plan national et sur le plan du commerce d'exportation et de distribution ou par leurs capacités d'expertise, et représentant des consommateurs ;
- 5 représentants des autres comités nationaux et du Conseil des Agréments et Contrôles de l'INAO ;
- 5 représentants de l'administration.
Il est présidé par Jacques Gravegeal et sa première réunion s’est tenue le 2 février 2010.
Les membres ont choisi de désigner MM. Servage, Bougrier et Pelletier en tant que vice- présidents du Comité National. Ils ont également constitué la commission permanente qui
agira sur délégation du comité.
Les IGP Cidres (Cidre de Bretagne et Cidre de Normandie) sont représentés par 4 membres de l’ODG Cidres IGP :
- Franck Malinowski ;
- Thomas Pelletier, qui a été désigné en vice-président du Comité et à ce titre, siègera également à la Commission Permanente du Comité et au Conseil Permanent de l’Inao;
- Philippe Musellec, désigné pour siéger également au Conseil des Agréments et Contrôles de l’Inao ;
- Jacques Baux, qui sera également représentant du Comité IGP Vins et Cidres dans un autre comité (celui des autres indications géographiques protégées, labels rouges et spécialités traditionnelles garanties).
Jean-Louis Benassi

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité