Aller au contenu principal
Font Size

L’interview d'Hervé Morin, président de la Région Normandie.
" La Région anticipe la future Pac "

Hervé Morin, président de la Région Normandie.
Hervé Morin, président de la Région Normandie.
© DR

>> La Région va gérer une partie de la PAC, connaissez-vous d’ores et déjà le montant de ces fonds ?
La Région ne connaît pas le montant de ces fonds, qui dépend préalablement d’une décision européenne concernant le futur cadre financier pluriannuel 2021-2027, puis ensuite d’une décision nationale dans le cadre de la répartition des montants du 2e pilier pour le périmètre géré par les Régions.
Nous tenons toutefois à anticiper le travail, en préparant les propositions d’outils d’intervention nécessaires qui seront transmis au ministère de l’Agriculture et à la Commission européenne d’ici la fin de cette année 2020. Le cadre financier dès qu’il sera connu, permettra d’ajuster les indicateurs de résultat attendus.

>> Est-ce qu’un nouveau service va être créé au sein de la Région pour gérer et distribuer ces fonds ? De quelle manière seront-ils alloués ?
La Région Normandie est déjà Autorité de gestion des fonds européens Feader 2014-2020 et est donc déjà organisée pour assurer sa gestion. L’ensemble des fonds sont traités dans le cadre de la Commission régionale de programmation des fonds européens (dont fait partie le Feader) et piloté dans le cadre du Comité régional de suivi des fonds européens, associant les différents partenaires régionaux.

>> La Région mène une consultation auprès de la profession pour orienter ce budget. Pour quelle raison ?
L’objectif est de recueillir les attentes et l’avis des agriculteurs, et connaître leurs orientations et leurs projets pour les prochaines années. Il s’agit d’une démarche participative qui permet de partir des besoins pour construire les outils d’intervention en adéquation. La parole est ainsi directement donnée aux agriculteurs de la Normandie.

>> Quels sont les enjeux, selon vous, pour l’agriculture normande, auxquels ces subventions pourraient ou devraient répondre ?
Les enjeux à relever portent sur différents défis recensés :
- Le défi de l’installation et la transmission des exploitations, face à un taux de renouvellement important d’agriculteurs qui vont partir en retraite dans les toutes prochaines années ;
- Le défi de l’adaptation constante des exploitations et de la transition des systèmes pour répondre aux défis du changement climatique, de la préservation des ressources, de la souveraineté alimentaire
- Le défi de la recherche de solutions innovantes pour répondre à certaines impasses techniques, trouver de nouveaux marchés d’avenir, investir dans les outils numériques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité