Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Equipement
La remorque autochargeuse-ensileuse vous simplifie le chantier

Mise en quarantaine pendant quelques années, la remorque autochargeuse, désormais ensileuse, fait un retour en force. En Basse-Normandie, on en compte désormais onze dans les ETA (adhérentes de l’ARETAR), dont deux nouvelles mises en service ce printemps.

Bernard Doguet est entrepreneur de travaux agricoles à Ste-Colombe (50). C’est en 2005 que son concessionnaire lui propose de louer pour la campagne une remorque autochargeuse-ensileuse (marque Pöttinger) de 36 m3 avec un tracteur de 170 ch. "Même si je ne savais pas exactement où je mettais les pieds, j’étais persuadé qu’il y a avait un marché à prendre dans le nord Manche" se souvient-il. Premier essai transformé notamment grâce à une bonne campagne publicitaire. Bernard remet le couvert en 2006 mais cette fois avec une Krone de 44 m3. Quelques clients en plus mais avec moins d’herbe au cours de cette campagne mais un bon feeling. "Mon plus gros client herbe en ensileuse classique est passé à l’autochargeuse", note notre entrepreneur. Il aborde ainsi sa 3e saison avec confiance.De 200 ha en 2003 à 400 ha en 2006 Autre entreprise avec les Ets Lair de Tinchebray (61). Poussés par un producteur de lait, passé maître dans l’art de faire pousser l’herbe normande, Delphine et Philippe Lair ont loué leur première autochargeuse-ensileuse en 2003. De 200 ha cette année là, ils ont atteint les 400 ha en 2006. "La greffe a bien pris et on monte progressivement en surface avec chaque année quelques nouveaux clients", se satisfont-ils. Il est vrai que, techniquement, l’herbe récoltée à l’autochargeuse-ensileuse supporte toutes les comparaisons. Chez ce laitier qui a poussé l’entreprise Lair à s’équiper, l’herbe a pris le dessus. Elle constitue 70 % de la ration de base contre 30 % de maïs. "Cette technique permet de récolter l’herbe au stade optimum. Une herbe riche en azote et qui, coupée en brins de 4 à 5 cm, est facile à reprendre", justifie notre éleveur qui récolte ainsi 100 à 120 ha de prairies naturelles et temporaires par an.Praticité du chantier A ce volet "qualité de l’alimentation", il faut y ajouter la praticité de la mise en œuvre de ce type de chantier. "Avec l’autochargeuse-ensileuse, le client n’a pas besoin de mobiliser ses voisins pour quelques bennes et fini les corvées à rendre", indiquent de concert Bernard Doguet et Philippe Lair. Un chantier qui ne nécessite qu’un outil de tassage au silo. Un bon outil cependant car le volume à étaler et à tasser à chaque déchargement dépasse les 70 m3. Par ailleurs, le tassage de l’herbe, pour une bonne conservation, ne souffre d’aucune approximation. Quant au débit de chantier et outre le rendement en herbe, il dépend de la distance entre la parcelle et le silo. Les entrepreneurs en tiennent d’ailleurs compte dans l’élaboration de leurs tarifs. In fine, il vous en coûtera sans doute un peu plus cher qu’un ensilage classique. Encore faut-il défalquer de ce montant brut les économies réalisées par la non mobilisation de tracteurs et remorques nécessaires dans le cadre d’un chantier classique. Sans parler des économies en main-d’œuvre. Cette autonomie de chantier offre un autre avantage, celui de prolonger la saison très tard. Dans la Manche et dans l’Orne l’an dernier, on a "autochargé-ensilé" d’avril jusqu’en octobre. Les ensilages de maïs battaient alors leur plein. Pas de soucis ! Th. Guillemot11 ETA équipées en Basse-Normandie Selon l’ARETAR (1), onze ETA adhérentes de la structure disposent d’une remorque autochargeuse/ensileuse. Manche 1. ANFRAY André 50140 Notre-Dame- du-Touchet Tél. 02 33 59 08 42. 2. BINET Daniel 50370 St-Jean- du-Corail-des-Bois Tél. 02 33 51 28 41. 3. DOGUET Bernard Village Eglise 50390 Ste-Colombe Tél. 02 33 21 51 25. 4. SARL DUBOIS Jean-Claude Les Nicollières 50240 La-Croix-Avranchin Tél. 02 33 48 22 83. 5. GOSSÉ Christophe Fligny 50530 Sartilly Tél. 02 33 68 13 70. 6. VANTOMME Jacques Hôtel Girard 50190 Feugères Tél. 02 33 07 70 83. Orne 7. BLAIS Didier Le Parc à l'Ecu 61470 Le Sap Tél. 02 33 39 32 23. 8. SARL LAIR Le Gué Gaudin 61800 Tinchebray Tél. 02 33 66 61 88. 9. ROGER Thierry Bissey 61210 Habloville Tél. 02 33 39 20 76. Calvados 10. SARL LE BOEUF Les Gâtoises 14210 La Caine Tél. 02 31 79 77 91 11. SARL SUZANNE Père & Fils Ferme de La Bijude 14250 Juvigny-sur-Seulles Tél. 02 31 80 81 19. (1)ARETAR : Association Régionale des Entrepreneurs de Travaux Agricoles et Ruraux - BP14 50600 St-Hilaire-du-Harcouët Tél. 02 33 79 33 72 - Fax. 02 33 79 33 77 Email : alain.hierle@aretar.com - Site : www.aretar.com<:i>
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité