Aller au contenu principal

Isagri
La rentabilité suivie vache par vache

Dans les exploitations laitières, le coût de production est désormais au cœur des débats. A Savigny (50), Aurélie et Rodolphe Cauchard raisonnent vache par vache. Via le logiciel Isalait et son module économique, ces éleveurs connaissent les charges et les produits de chaque animal.

Victoire, vache en deuxième lactation de l’EARL de la Landrie, vient d’être réformée. Affichées instantanément à l’écran, ses statistiques sont sans appel. L’animal a bien produit pour 4 235 € de lait en deux lactations. “Mais, je vois que les factures de vétérinaires se sont multipliées depuis un an. Ses charges de fécondations, à hauteur de 108 €, sont également assez élevées”, résume Aurélie Cauchard devant son écran. Autre exemple : Tessy. Le logiciel résume ses statistiques en quatrième lactation.   En deux clics, les éleveurs se rassurent. “En 2009 avec 39,7 de TB et 35,6 de TP, la vache a vendu 1 403 € de lait et produit un veau à 200 €. Dans le même temps, ses charges sanitaires et d’inséminations ne dépassent pas les 135 €”.

Au champ, la maîtrise
des charges en credo

Depuis 2005, Aurélie et Rodolphe Cauchard utilisent l’option module économique d’Isalait. Le logiciel donne le ton de cette exploitation produisant 340 000 litres de lait sur 80 hectares. Là, le couple ne se base pas sur des “si”. Le bilan animal par animal transmet une partition fiable à l’éleveur. La maîtrise des charges en reste le principal credo. Au quotidien, le tour de champ est rythmé par un passage devant l’ordinateur. “On se rend très vite compte des vaches à problèmes. Nous prenons également conscience du coût d’une mammite. Il est souvent minimisé par les éleveurs. L’année dernière, nous avons quand même jeté 9000 litres à cause des mammites”, notent de concert, Aurélie et Rodolphe Cauchard.  Ce suivi pointu impose néanmoins de pianoter régulièrement sur le clavier. “Comme pour le sanitaire, j’enregistre régulièrement les données de l’élevage”. Pour chaque vache, les frais de vétérinaires, les poids de carcasses, les prix de vente, les frais de prophylaxie ou d’insémination sont donc saisis.

Bientôt une liaison
avec le contrôle laitier

Bémol du système, les résultats du Contrôle laitier sont encore entrés manuellement. Une tâche fastidieuse qui devrait bientôt s’achever.  Selon Isagri, la liaison EDEL (Echanges de données des éleveurs laitiers) est intégrée dans la mise à jour du logiciel, actuellement en cours d'envoi. À cette date, les données de leur contrôle laitier intégreront automatiquement Isalait. Ne reste plus qu’à préciser le prix de base du lait, le produit de chaque vache est ensuite calculé selon les taux butyriques et protéiques.
Avec une ration complète, le coût alimentaire atteint  65 €/1000 litres. Via Isalait, Aurélie et Rodolphe Cauchard établissent, au final, leur prix de revient à 290 €/1000 l. Dans un un contexte tendu, ce module économique d’Isalait pourrait faire écho. Une soixantaine  d’exploitations normandes en sont actuellement équipés.

Se rassurer pour normandiser

 

L’EARL de la Landrie élève actuellement un troupeau mixte composé de 25 Normandes et 25 Prim’Holstein. Projet de l’exploitation : normandiser. “Avec la surface en herbe de notre exploitation, les Normandes semblaient plus rentables ici. Mais, il fallait confirmer ce sentiment”. Aurélie et Rodolphe Cauchard se sont donc basées sur les statistiques du logiciel. Ils ont observé race par race. “Les résultats ont conforté notre décision. Chez nous, les normandes se sont révélées plus efficaces économiquement. Taux, viande et charges sanitaires compensent une production moindre”.

Comparatif issu d’Isalait, depuis 2007
Prix des veaux :
Prim’Holstein : 70,33 €
à 15 jours
Normande : 112 €
à 16 jours
Prix des vaches
de réforme
Prim’Holstein : 304 kg
à 2,28 € pour les vaches laitières et 304 kg à 2,23 € pour les vaches taries
et engraissées. (Moyenne 304 kg à 2,25 €)
Normandes : 353 kg à 2,67 € pour les vaches laitières
et 387 kg à 2,71 € pour les vaches taries et engraissées.
(Moyenne 370 kg à 2,69 €)

Sanitaire
Prim’Holstein
Coût moyen intervention 41 €
Coût moyen produit : 11 €
Coût total : 2300 €
Normandes
Coût moyen intervention : 55 €
Coût moyen produit : 15 €
Coût total : 5600 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
SUCRERIE CAGNY - BETTERAVES
Projet de sucrerie dans le Calvados : un dossier refermé mais toujours en veille
Le projet d’étude d’une nouvelle sucrerie dans le Calvados, pour faire suite à la fermeture de Cagny, est refermé. Les…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
SOJA MOISSON
Le soja se moissonne sous un soleil d’octobre pas si chaud
Dans la plaine de Caen, à Creully-sur-Seulles, Virginie Sartorio a moissonné sa parcelle de soja, lundi 11 octobre 2021. L’…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
Publicité