Aller au contenu principal

Manifestation
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux

Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA normande de Lisieux et Glos, centre logistique de la marque Leclerc. La manifestation a duré jusqu’au vendredi 2 février. Thierry Coué, secrétaire général adjoint de la FNSEA, a fait le déplacement jeudi 1er février 2024.

Jeudi 1er février 2024, une trentaine d’irréductibles agriculteurs demeurait devant les grilles de la SCA normande à Glos. Bâche suspendue pour se protéger de la pluie, feu au centre pour se réchauffer et bétaillère pour dormir, le dispositif semble rôdé. Les manifestants ont tenu le blocus du lundi 29 janvier au vendredi 2 février 2024. Cette manifestation est intervenue en parallèle des blocages des plateformes de stockage Carrefour à Carpiquet et Super U à Soliers.

« Nous avons rencontré les trois patrons des magasins. C’est important car ce sont eux qui remplacent les produits dans les rayons, qui font les cahiers des charges », concède Guillaume Férey, secrétaire général de la FDSEA du Calvados, qui salue « une bonne entente » sur site. 

De nouvelles annonces qui sonnent le départ

Les annonces de Gabriel Attal, jeudi 1er février, ont sonné la fin de la manifestation. Thierry Coué, secrétaire général adjoint de la FNSEA, a fait le déplacement tout spécialement depuis la Bretagne. C’est avec plus d’une heure trente de retard [il était à Alençon le midi, NDLR] que l’éleveur de porcs a débarqué pour expliciter les mesures gouvernementales.

« Il faut absolument qu’il y ait des écrits pour tous les points évoqués. Si jamais il n’y en a pas, ça va leur tuer complètement le Salon de l’agriculture, auquel les politiques tiennent, surtout à la veille d’élections européennes », avertit Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA Normandie. © LM

« Globalement, c’est plutôt positif. [...]  Nous avons les semaines jusqu’au Salon de l’agriculture pour étudier les sujets. Ce qui compte, c’est qu’on arrive au terme de ce que l’on veut », synthétise-t-il. Simplification des normes, identification des problématiques plus locales (classement de zones humides, prairies, etc.) sont à l’œuvre.

Et Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA Normandie, d’enjoindre les participants à communiquer avec leurs responsables syndicaux locaux. « On ne peut pas être efficace si nous n’avons pas vos remontées. Sans le réseau, on ne fait rien », affirme-t-elle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité