Aller au contenu principal
Font Size

Ovins Cotentin, Roussin et Avranchin
La sélection porte ses fruits

Au fil des années, les races “Roussin”, “Cotentin” et Avranchin” progressent grâce au travail de l’Upra. Attention à bien utiliser des béliers génotypés

Thomas Pouille (à droite), technicien de l’Upra, “le seuil d’index pour les mères à brebis”.
Thomas Pouille (à droite), technicien de l’Upra, “le seuil d’index pour les mères à brebis”.
© E.C.
Quatre réunions pour le prix d’une assemblée générale ! C’est ce qu’on vécu les éleveurs d’ovins (Roussin, Avranchin, Cotentin) jeudi dernier à Saint-Lô. Des rencontres qui ont permis de mettre en relief une montée de l’organisation sur cette filière, notamment au niveau des reproducteurs. Roussin En Roussin, une nouveauté sur la qualification des brebis suivant un nouveau schéma de sélection : le seuil d’index pour les mères à brebis ou à agnelles change. Il en découle aussi une nouvelle qualification pour les mâles. “Ne seront utilisables à l’Upra que les fils de mère à béliers “ souligne Thomas Pouille, technicien de la structure. Dans une autre optique, on note une réorganisation pour le choix des jeunes mâles lors de leur entrée au centre d’élevage de Gréville. Un dernier mot sur les Roussins, largement utilisés par les éleveurs de Pré-salés : une vente de béliers se déroulera début juin en raison d’une forte demande. Il est vrai que cette race est la plus utilisée. Par ailleurs en raison de la “Tremblante”, il est recommandé de ne pas acheter “n’importe quoi”.Avranchin/Cotentin Pour ces deux races, qui bénéficie désormais d’un centre d’élevage situé à Marcey les Grèves, près d’Avranches, les béliers devront impérativement rentrer lors de la troisième semaine de mai. L’objectif de centre ? “Que les éleveurs puissent bénéficier d’un maximum de diversité”. L’assemblée générale statutaire, elle, a permis de mettre en avant des finances saines. Par ailleurs, pour promouvoir le métier d’éleveur d’agneaux, l’Upra compte bien envoyer un jeune au forum régional des métiers, organisé par les Jeunes Agriculteurs, qui se déroulera prochainement à Saint-Lô. Côté effectif, l’Upra compte aujourd’hui plus de 70 adhérents. Des adhérents qui ont débattu des nouveaux paramètres de la grille de pointage afin qu’elle corresponde parfaitement aux standards de la race. Dernier point, la “tremblante” et les efforts effectués par les éleveurs sur le génotypage pour contrer cette maladie. Conclusion, tout éleveur sérieux doit utiliser des béliers génotypés pour pérenniser son troupeau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité