Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gastronomie
La soirée en Gourmandie remet le couvert

Fort du succès de la première édition, l'institut régional de la qualité agroalimentaire (Irqua) organise sa deuxième “soirée en Gourmandie”. Préparez vos papilles pour les 29 et 30 mars prochain.

La mayonnaise semble prendre. L'Irqua reconduit sa "soirée en Gourmandie". 38 restaurateurs cuisineront normand. En octobre dernier, 33 restaurateurs de Haute et Basse-Normandie avaient participé à cette manifestation. Coquilles Saint-Jacques et bœufs normands étaient mis à l'honneur. Pour la seconde édition, volailles et coquillages de Normandie sont inscrits au cahier des charges des chefs. Les règles sont simples : les menus seront 100 % normands les jeudi 29 et vendredi 30 mars. Au menu : apéritif aux saveurs de pomme, entrée normande, plat avec volailles ou coquillages normands, fromages A.O.C. normands et dessert. Le tout est accompagné d’une boisson cidricole régionale. Produits locaux à l'honneur "On cuisine déjà normand toute l'année. Nous constatons une attente des gens. C'est notre première participation. Normalement, nous ne participons plus à ce genre de manifestations. Mais, nous avons eu de bons échos de la première soirée en Gourmandie", explique Huguette Germain de la Trinquette à Grancamp-Maisy (14). De l'entrée jusqu'au dessert, elle fait confiance aux produits locaux. La crème fraîche est ainsi achetée à proximité à la ferme des Roulland aux Oubeaux. D'autres restaurateurs ont été séduits par l'opération. C'est le cas de Sileghem Koen, de la ferme de la Rançonnière à Crépon. "Nous travaillons dans le même sens de la soirée en Gourmandie. Nous sommes dans cette logique de proximité". Les volailles parcourent donc trois kilomètres jusqu'à sa cuisine. Et le camembert provient d'Isigny. De 30 à 50 euros Pour cette deuxième soirée en Gourmandie, les restaurateurs ont légèrement revu leurs tarifs à la baisse. "Il faut montrer que nous pouvons cuisiner des produits normands à un prix raisonnable", précise Christophe Fauvel de la taverne Normande, à Caen. Tarif de sa soirée : 40 euros. La fourchette varie entre 30 et 50 euros, contre 30 à 60 euros pour la soirée d'octobre dernier. Interactivité et convivialité restent les maîtres mots de la soirée. Les chefs prendront place en salle. Ils évoqueront leurs menus et savoir-faire. Chez Christophe Fauvel, un producteur de cidre accompagnera également le restaurateur en salle. Il s'agit de Pierre Huet, installé à Cambremer. Objectif : apporter sa connaissance du produit et témoigner d'une passion. Avec la soirée en Gourmandie, les restaurateurs espèrent "capitaliser la clientèle locale". Et pour capter davantage de public, la manifestation s'étend sur deux soirs. "Le jeudi est souvent une soirée creuse pour les restaurateurs. Le vendredi, les clients peuvent se libérer plus facilement", précise-t-on du côté de l'Irqua. C'est donc une soirée en Gourmandie puissance 2. V. MotinLes participants - Calvados (14) : L’Auberge Cabourgeaise (Cabourg), La Taverne Normande (Caen), Château les Bruyères (Cambremer), Le Grilladin (Carpiquet), La Ferme de la Rançonnière (Crépon), Chez le Bougnat (Dives-sur-mer), La Trinquette (Grancamp-Maisy), La Lieutenance (Honfleur), Le Karousel (Ifs), Hôtel le Normandie (Ouistreham), Hôtel des trois Rois (Villers Bocage), La Londe (Caen) - Manche (50) : Le Tocqueville (Saint-Lo), Le Café de Paris (Cherbourg), Au Petit Saint-Germain des Prés (St Germain de Tournebut), Pierrot l’Hippocampe (Granville), Au Marquis de Tombelaine (Champeaux), Le Moderne (Barfleur) - Orne (61) : Le Dauphin (Sées), Le Bois Joli (Bagnoles-de-l’Orne),Le Manoir du Lys (Bagnoles-de-l’Orne), Le Papillon (Saint-Fraimbault), Hôtel de France (Domfront) - Eure (27) : Hostellerie du Moulin Fouret (St-Aubin-le-Vertueux), L’Auberge du Président (Cormeilles), Le Cappeville (Gisors)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité