Aller au contenu principal

La stalle Champion ne fait pas de bruit

Ni robot, ni roto : le GAEC de Malterre a opté pour une salle de traite 2 x 12. Mais, l’équipement n’est pas si classique qu’il y paraît. Derrière l’apparente simplicité de l’outil se cache la stalle Champion. Sa levée verticale favorise une sortie rapide des vaches. Les éleveurs ont également installé leur machine avec une cave. Cette solution réduit les bruits.

Au GAEC de Malterre, la salle de traite 2 x 12 Delaval reste un classique qui ne fait pas de bruit. La machine, installée par Orne-Mayenne Elevage, fonctionne depuis un mois. Point besoin de hausser le ton pour en parler : l’équipement s’avère particulièrement silencieux en fonctionnement. Les éleveurs ont pensé leur installation avec une cave. Ils y logent la pulsation, les pompes à vide, la chambre de réception de la pompe à lait, les compteurs à lait et les canalisations en inox. Cette disposition réduit nettement le bruit. A la traite, le confort peut aussi être auditif...

Confort sonore
« J’avais vu ce système en Allemagne. L’idée nous plaisait. Il y juste un surcoût de maçonnerie que nous avons gommé en la réalisant nous même », explique Fabrice Hubert, associé à son frère Jean-Michel et à sa mère Maryvonne. Cette organisation présente d’autres avantages. L’entretien et le lavage y sont facilités. La machinerie est également abritée de l’humidité et de la poussière. Ce montage baisse donc les coûts de nettoyage et de fonctionnement.
Vers les 110 vaches à l’heure à moindre coût
La famille a étudié différentes solutions avant de se lancer. Le roto ne les a pas convaincus. « Au-delà du prix, ça nous donnait l’effet d’une usine. On ne voit pas les vaches pendant toute leur traite ». La question du robot s’est aussi posée. « Mais à l’époque, nous n’avions que 90 vaches laitières. Ce nombre était insuffisant pour deux stalles. Et on aime bien la traite. Au final, la stalle Champion était la solution la plus souple pour nous ».
Actuellement, les éleveurs traient 122 vaches en 1 h 30 avec leur 2 x 12 en double équipement. Cependant, ce temps devrait nettement se réduire dans les prochains mois. « Quand  les bêtes seront habituées, et les trayeurs bien rodés, nous ne serons pas loin des 110 à 120 vaches par heure à deux ».
Le modèle Champion, traite par l’arrière, doit permettre de tenir une cadence élevée. Originalité du concept, les stalles se relèvent verticalement  avec un système pneumatique. Les vaches quittent ainsi la salle de traite plus facilement. Elles circulent donc rapidement. La sortie se révèle confortable pour les vaches de gros gabarits ou gestantes. « Si une bête est mal prise, nous pouvons la libérer facilement. Nous avons moins de temps d’attente entre deux bandes », précise Jean-Michel Hubert. Visuellement, l’installation semble allégée, avec moins de tubulaires. Peu d’éléments sont fixés au sol. « Mais, on reste sur un système très costaud. Nous sommes partis jusqu’à la retraite ».

Même technologie que les robots
Avec cette salle de traite, les éleveurs suivent également les évolutions technologiques. Outre les compteurs à lait, ils ont sélectionné plusieurs options comme la détection de sang ou la conductivité. « L’entrée, la gestion des animaux, la production, la gestation, l’alimentation : tout est informatisé et centralisé sur le logiciel DelPro, à l’instar des autres produits Delaval. On suit donc toute la vie de la vache. Les éleveurs disposent des mêmes indicateurs que sur un robot », souligne Laurent Meslin, directeur commercial Delaval France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Publicité