Aller au contenu principal

Diversification
La Suisse Normande en sabots et en roulotte

Les Roulottes de la Suisse Normande”, une association qui réunit Stéphanie et Samuel Gloria (producteurs de lait) et Virginie et David Corbin (fondateurs de l’entreprise Equip’Marché). Ce tandem vous propose des balades rythmées au sabot du cheval, à la journée ou à la semaine.

Samuel Gloria est agriculteur en GAEC aux Moutiers-en-Cinglais, entre Caen et Thury-Harcourt. 800 000 litres de lait, quelques 200 ha dont un peu de prairie et une passion du cheval et de l’attelage rivée au corps. David Corbin est quant à lui un ancien de chez Philips. Il a pris le train du premier plan social pour rebondir en créant sa petite entreprise. Il a écumé les foires de la région pour vendre de la sellerie. Carrioles et roulottes gitanes sont venues compléter le catalogue.Samuel et David sont mariés. Leurs femmes respectives, Stéphanie et Virginie, mettent également le pied à l’étrier. Le cheval comme dénominateur commun en d’autres termes. Pas étonnant donc que de voisins, les Gloria et les Corbin soient devenus amis. Puis d’amis en co-fondateurs de l’association “Les Roulottes de la Suisse Normande”. Une association type Loi 1901. Pour démarrer, c’est moins compliqué et moins risqué. 

 

Quand la demande crée l’offre

Pas besoin d’étude de marché pour se lancer dans la location de roulottes à cheval à travers les routes de la Suisse Normande.En fait, nombreux au départ étaient les clients d’Equi’Marché(1), la société commerciale de vente d’équipements pour chevaux de Virginie et David, à leur demander s’il n’y avait pas la possibilité de louer.  Une activité de location complémentaire à une activité de vente ? Pourquoi pas mais encore faut-il trouver le bon cheval à mettre devant. C’est là qu’intervient Samuel, client de David au départ. Des chevaux, il en a une quinzaine : du Cob Normand, du Percheron, du Trait Breton. Dociles comme des agneaux, forts comme des bœufs. Alors, il n’y avait plus qu’à... C’est ainsi que naît officiellement le 1er avril 2008 l’association. Moins d’un an plus tard, elle emploie deux salariées et propose deux roulottes, deux chariots bâchés et deux voitures. Un loisir à bon marché mais les places sont chères au vu d’un carnet de réservation qui se noircit de jour en jour. “A ce jour, notre objectif est de s’agrandir d’une roulotte par an”. 

 

A la portée de tous

Prendre les rênes d’une roulotte est quasiment à la portée de tous. Pour les novices, Stéphanie, Virginie, Samuel, David, Tiphaine ou Delphine (les deux employées de l’association) assurent l’apprentissage et la prise en main. De toute façon, avec des circuits en boucle, les suiveurs ne sont jamais loin en cas de besoin. On peut louer du week-end (2 jours et 1 nuit) à la semaine (7 jours et 6 nuits). Mais il ne s’agit pas de “roulotter” toute la journée : 3 heures tout au plus 52 km au quotidien. “Au départ, certains ont peur de s’ennuyer”, reconnaît Virginie. Ça n’est finalement jamais arrivé. Car avant de prendre ou de lâcher les rênes, il faut atteler, dételer, arnacher, panser, affourager le cheval... Voire lui murmurer à l’oreille si affinités. En fait, si le cheval reste l’élément moteur de l’escapade, ce séjour est aussi l’occasion d’une communion avec la nature. L’occasion de découvertes et d’échanges avec notamment les agriculteurs partenaires relais d’étapes. Assister à la traite à un endroit, déguster le cidre à un autre (...), sans parler d’activités annexes comme le circuit du vélo rail qui croise celui de la roulotte. Une roulotte qui sera bientôt d’ailleurs équipée de porte-vélos, un petit plus.

Th. Guillemot

(1) Equi’Marché

davidcorbin@orange.fr

www.equi-marche.com

Combien ça coûte ?

• Vous pouvez partir en roulotte 4 adultes et 1 enfant, cheval compris, à partir de 293 E. Un prix qui comprend la location de l’attelage, l’assurance responsabilité civile accident, le matériel de pansage et d’attelage, la participation aux frais d’étapes (emplacement et pâture du cheval...), initiation à l’attelage le 1er jour et accompagnement le 2e jour. Diverses options sont également proposées : un deuxième cheval à monter, un meneur accompagnant, un forfait assistance technique, des repas chauds... Côté équipement, la roulotte comprend literie, réchaud 2 feux, réfrigérateur, évier, vaisselle, barbecue et table de camping avec 5 pliants, sanitaires, draps, torchons (gaz fourni)... Les chiens sont autorisés sous la responsabilité de leur maître. 

Coordonnées

Le Hameau Hue

14220 Les Moutiers-en-Cinglais

Tél. 02 31 79 37 12 

ou 02 31 50 14 92

Portable . 06 17 81 53 10

www.location-roulottes.eu

lesroulottesdelasuissenormande@orange.fr

l

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité