Aller au contenu principal

Prix du lait
La tendance à la hausse se poursuit

Les interprofessions régionales ont reçu du CNIEL les indices de tendances relatifs à l’évolution du prix du lait pour le quatrième trimestre 2011. La prochaine Conférence du CIRLAIT devrait traduire en euros ce que donne l’ensemble de ces éléments pour le prix de base du lait en Basse-Normandie pour le quatrième trimestre 2011 et le mois d’octobre.

Une augmentation de 14,26 € / 1 000 litres attendue
Une augmentation de 14,26 € / 1 000 litres attendue
© TG
Le CNIEL a publié les indices de tendances relatifs à l’évolution du prix du lait, comme le prévoient les accords du 3 juin 2009 et du 18 août 2010.

+2,7% lié à l’évolution des marchés
Le CNIEL a observé et comparé les tendances de marché des produits laitiers entre les 3ème trimestres de 2011 et de 2010. Ce qui a permis d’obtenir des indicateurs de tendance de marché pour le dernier trimestre 2011. Deux indicateurs sont élaborés, le premier sur les Produits Industriels (PI : beurre et poudre de lait), le second sur les Produits de Grande Consommation Exports (PGC Exports : fromages allemands de type gouda, édam et emmental).
L’observation de ces marchés met en évidence une hausse du prix des produits industriels et des fromages exports respectivement de +9% et de +4,4% du 3ème trimestre 2011 par rapport à la même période en 2010.
L’application de ces indicateurs à la formule simulant le mix-produit moyen des entreprises françaises (20% de PI, 20% de PGC Exports et 60% de PGC), appelée “formule F1”, permet de définir l’indice de tendance d’évolution du prix du lait. Il s’établit à +2,7% pour le quatrième trimestre 2011.

Une augmentation de +8,13€ / 1 000 litres attendue en région
Pour traduire cet indice, en valeur, l’interprofession laitière régionale devrait l’appliquer sur la base du prix moyen national issu de la formule F1 de 2010, soit 301 € /1 000 litres. Ce qui permettrait de définir une évolution du prix du lait de +8,13 € / 1 000 litres pour le quatrième trimestre 2011. Cette augmentation devrait s’appliquer sur le prix de base moyen du lait régional constaté en 2010, auquel s’appliqueront ensuite mensuellement la saisonnalité et le correctif de compétitivité avec l’Allemagne.

+6,13 € / 1 000 litres lié à l’impact du tunnel allemand pour le mois d’octobre
Le correctif de compétitivité pour le mois d’octobre entre le prix du lait allemand et le prix du lait français, est positif à +6,13 € / 1 000 litres.
Conformément à l’application de l’accord du 18 août 2010, cette correction résulte pour une part de la comparaison du prix du lait allemand et du prix du lait français constaté en juillet 2011. Respectivement de 341,17 € et 325.04 € / 1 000 litres, l’écart constaté est de 16,13 € / 1 000 litres. Dans cet accord, producteurs et transformateurs avaient accepté de maintenir un écart maximum de 10 € / 1 000 litres entre les deux prix. La différence entre le prix du lait allemand et le prix du lait français est supérieure à 10€. Il y aura donc un correctif de +6,13€ en faveur du prix du lait français.
Le correctif mensuel d’octobre est également issu de la comparaison du prix du lait moyen français et allemand sur la période de janvier à juillet. Comme le prévoit l’accord du 18 août, l’écart entre les deux prix moyens ne doit excéder 8€.
Respectivement de 328,03 € / 1 000 litres et de 330,36 € / 1 000 litres, l’écart constaté est de 2,36 €. Il n’y a donc pas de correctif.
A partir de ces deux éléments, il apparait que le correctif de compétitivité du mois d’octobre pourrait être au final de +6,13 € / 1 000 litres.
Ce correctif est en augmentation par rapport à septembre (+4,7€). Il pourra être différent en novembre, selon l’évolution du prix du lait en août 2011, ainsi que de la comparaison des prix moyens français et allemand constatés sur la période allant de janvier à août.

Une flexibilité additionnelle positive
La flexibilité additionnelle, décomposée en 9 tranches, se traduirait pour le quatrième trimestre par la majoration du prix du lait de 0,46€ / 1 000 litres par tranche de flexibilité de 2.5% de produits industriels supplémentaires. Cette dernière progresse par rapport aux trimestres précédents. Des producteurs livrant à une entreprise fabricant plus de 40% de produits industriels, seraient payés au prix de base interprofessionnel, avec une majoration de 4,14 €.
La bonne tenue des marchés laitiers sur le troisième trimestre se traduit par une valorisation beurre-poudre par les entreprises en augmentation. Elle s’établit à 325,7 euros / 1 000 litres.

La déclinaison sur la grille régionale bas-normande
C’est à partir de ces éléments, que l’interprofession laitière de Basse-Normandie (CIRLAIT) déterminera les valeurs entrant dans la détermination de l’évolution du prix du lait. Elles s’appliqueront sur le prix de base moyen du lait régional constaté en 2010, auquel s’appliquent les indices mensuels de saisonnalité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité