Aller au contenu principal

La “viande de nulle part” est peut-être ici ou là...

Depuis quelques jours et partout en région, des délégations de jeunes agriculteurs contrôlent l’origine des viandes dans les grandes surfaces normandes.

JA Basse-Normandie ne relâche pas la pression sur l’origine des viandes vendues par la grande distribution. Samedi, de Bayeux à Caen en passant par Lisieux, plusieurs délégations de jeunes agriculteurs, de façon ludique et sans détérioration ni sortie de produits, ont pointé à coup de stickers “bien (viande d’origine connue)” ou de “pas bien (viande de nulle part)” les bonnes et mauvaises pratiques vis-à-vis du consommateur. “Nous exigeons l’étiquetage du pays d’origine des viandes, insiste Rodolphe Lormelet, président de JA Calvados et Basse-Normandie. Pour que le consommateur se repère dans la masse de produits, nous scrutons les emballages. Nous y apposons un sticker pour différencier les bonnes et les mauvaises pratiques d’étiquetage. Nos relevés sont ensuite répertoriés sur un site internet viandedenullepart.com”. Au Leclerc d’Ifs, force est de constater que le rayon boucherie traditionnelle, qui travaille avec 70 fermes de la région, ne prête pas le flanc à la critique. A contrario, dans les bacs ou linéaires
et plus particulièrement concernant les produits transformés, on entre de plain-pied dans une jungle de codes parfois trompeurs. “Non, ce code couleur bleu-blanc-rouge ne signifie pas que cet animal a été élevé en France, explique ce JA. Pour le consommateur, si, sans doute”. Presque une tromperie avérée dont la grande distribution n’est pas forcément responsable. Du côté de la direction du Leclerc, on fait remarquer à ce titre que “sous marque distributeur, il n’y a pas d’ambiguïté”. “Les transformateurs doivent jouer le jeu, conclut Rodolphe Lormelet appuyé par Jean-Yves Heurtin, président de la FDSEA du Calvados, venu en aîné donner un coup de main. En attendant, JA Basse-Normandie poursuit son action dans le temps, toutes enseignes confondues, toutes viandes confondues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité