Aller au contenu principal

La “viande de nulle part” est peut-être ici ou là...

Depuis quelques jours et partout en région, des délégations de jeunes agriculteurs contrôlent l’origine des viandes dans les grandes surfaces normandes.

JA Basse-Normandie ne relâche pas la pression sur l’origine des viandes vendues par la grande distribution. Samedi, de Bayeux à Caen en passant par Lisieux, plusieurs délégations de jeunes agriculteurs, de façon ludique et sans détérioration ni sortie de produits, ont pointé à coup de stickers “bien (viande d’origine connue)” ou de “pas bien (viande de nulle part)” les bonnes et mauvaises pratiques vis-à-vis du consommateur. “Nous exigeons l’étiquetage du pays d’origine des viandes, insiste Rodolphe Lormelet, président de JA Calvados et Basse-Normandie. Pour que le consommateur se repère dans la masse de produits, nous scrutons les emballages. Nous y apposons un sticker pour différencier les bonnes et les mauvaises pratiques d’étiquetage. Nos relevés sont ensuite répertoriés sur un site internet viandedenullepart.com”. Au Leclerc d’Ifs, force est de constater que le rayon boucherie traditionnelle, qui travaille avec 70 fermes de la région, ne prête pas le flanc à la critique. A contrario, dans les bacs ou linéaires
et plus particulièrement concernant les produits transformés, on entre de plain-pied dans une jungle de codes parfois trompeurs. “Non, ce code couleur bleu-blanc-rouge ne signifie pas que cet animal a été élevé en France, explique ce JA. Pour le consommateur, si, sans doute”. Presque une tromperie avérée dont la grande distribution n’est pas forcément responsable. Du côté de la direction du Leclerc, on fait remarquer à ce titre que “sous marque distributeur, il n’y a pas d’ambiguïté”. “Les transformateurs doivent jouer le jeu, conclut Rodolphe Lormelet appuyé par Jean-Yves Heurtin, président de la FDSEA du Calvados, venu en aîné donner un coup de main. En attendant, JA Basse-Normandie poursuit son action dans le temps, toutes enseignes confondues, toutes viandes confondues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité