Aller au contenu principal

Une filière chanvre textile en Normandie ?
Un brin d'Histoire sur le chanvre

En France, le chanvre textile, comme le lin, faisait traditionnellement partie des cultures présentes dans toutes les fermes. Progressivement, la production a été réduite puis définitivement abandonnée dans les années cinquante.

Une balle de chanvre sortant du teillage de Villons-les-Buissons (Calvados). Soutenue par l'association LCBio, la coop veut contribuer à la reconstruction de la filière chanvre en France.
© HP

Lire l'épisode 2 "Le chanvre, un miracle de la nature"

Episode 3

Originaire d’Asie centrale, le chanvre a plus de 8 000 ans. En France, sa production se développe sous le règne de Charlemagne, en 800, et connaît son apogée aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Rouissage en rivière du lin et du chanvre


Très résistante, la fibre du chanvre est particulièrement appréciée dans la marine pour la fabrication des voiles et des cordages. Elle est aussi utilisée en agriculture : longes pour le bétail, sangles pour soulever les bœufs pour la pose des fers, etc. Avant le XIXe siècle, le rouissage à l’eau, étape clé pour obtenir la fibre longue de lin ou de chanvre, était réalisé en rivière, en fleuve ou en bassin. Parce qu’il provoquait une eutrophysation* des milieux aquatiques et surtout, parce qu’il émettait des effluves malodorants, le rouissage en eau du lin et du chanvre a été peu à peu interdit. Les fermes en ont produit à petite échelle, jusqu’au XXe siècle, pour un usage domestique (fabrication de cordages, de vêtements), jusque dans les années cinquante.

Rouissage du chanvre
Pour le rouissage, les tiges étaient disposées sur l'eau, puis immergées. Polluant les cours d'eau et génératrice d'odeurs nauséabondes, cette opération a été progressivement abandonnée en France au cours du XVIIIe siècle. http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/textiles/14-chanvre-transfo.html

Rouissage au champ


En Normandie,  les premiers outils pour mécaniser la parallélisation et la récolte de lin apparaissent (arracheuse et retourneuse). Le rouissage au champ nécessite une alternance de pluie et de soleil, « c’est pour cette raison qu’aujourd’hui, 80% du lin est produit entre Bayeux et Dunkerque », rappelle Nathalie Revol, animatrice des essais chanvre en Normandie pour l’association Lin et chanvre bio. Le chanvre aussi aurait pu bénéficier de ces innovations, mais sa longueur (2m) complique encore l’outil de récolte nécessaire à la parallélisation : il faut couper la plante en deux longueurs pour qu’elle rentre dans les teilleuses.

Fibres synthétiques


De plus, les fibres synthétiques voient le jour, comme le nylon. Faciles à laver et rapides à sécher, elles enthousiasment la population. « Pour les industriels, souligne Henri Pomikal, ces dérivés du pétrole sont une source d’approvisionnement garantie, avec l’assurance d’un produit fini qui sera toujours le même, contrairement aux fibres naturelles dont la culture est, par définition, plus incertaine ». Jusqu’en 1960, les dernières manufactures et filatures ferment. Le chanvre décline. Le lin se maintient puis se renaît en Normandie.

Aujourd’hui


On constate que lors de leur utilisation, lavage et élimination, les textiles synthétiques libèrent de minuscules fibres invisibles à l’œil nu. Ces « microfibres » ne sont pas biodégradables. Par conséquent, on les retrouve partout : dans les océans, l’eau du robinet, nos chaînes alimentaires. C’est pourquoi, aujourd’hui, la demande se réoriente vers les fibres naturelles biodégradables comme le lin et le chanvre.

Demain


Depuis peu, on redécouvre la possibilité du chanvre à rouir au champ, ce qui ouvre des portes sur une production industrielle en fibre longue. La difficulté technique, on le redit, est liée à la longueur de la tige qu’il faut couper en deux. Mais les solutions arrivent. Henri Pomikal, liniculteur dans la plaine de Caen qui participe aux essais chanvre de l’association LCBio, y croit beaucoup et voit le chanvre comme un complément du lin. Il présente en effet de nombreux atouts pour être introduit dans les rotations lin et faire de la Normandie le leader européen de la culture des fibres naturelles.

"Hemp for victory" ("Le chanvre pour la victoire") est un film de propagande américain, réalisé pendant la seconde guerre mondiale et diffusé pour la première fois en 1942. Il retrace les étapes de la fabrication du fil de chanvre. Son but est didactique : le gouvernement US voulait convaincre les cultivateurs de produire du chanvre pour augmenter la fabrication de cordages pour l'US army. Il illustre la façon dont le chanvre était travaillé avant guerre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité