Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière bovine
L’abattoir bas-normand désormais équipé en MAC

Ce n’est plus un serpent de mer. SOVIBA (Villers-Bocage 14), SOCOPA (Coutances 50) et l’abattoir de St-Pierre-sur-Dives (14) sont désormais équipés de MAC (Machine A Classer). L’agrément est officiel depuis le 2 octobre dernier.

Principe : en fin de chaîne d’abattage, les deux demi-carcasses passent devant une caméra reliée à un ordinateur qui calcule la conformation au tiers de classe près.
Principe : en fin de chaîne d’abattage, les deux demi-carcasses passent devant une caméra reliée à un ordinateur qui calcule la conformation au tiers de classe près.
© TG
La machine remplace désormais l’homme dans 3 abattoirs bas-normands (bientôt 4). N’allez pas croire pour autant que le métier de classificateur est périmé. L’agent (habilité par Normabev) veille au bon fonctionnement de la MAC (Machine A Classer) et valide la conformité du classement carcasse côté conformation et gras. Cette nouvelle technologie va apporter de la quiétude au sein de la filière considère Fabrice Heudier, président du Cirviande. Développement et principe de fonctionnement La MAC a été développée en utilisant les informations données par les experts en classement quant aux éléments pertinents pour juger une carcasse. Puis en bâtissant une corrélation entre les mesures par analyse d'image des carcasses et les classements en conformation et en engraissement. Elle est équipée d’un système de contention/rotation des demi-carcasses et d’une armoire contenant les caméras (voir photo en bas à droite) et l’informatique. Huit images sont utilisées, quatre en vue haute et autant en vue basse. Elle réalise ensuite des mesures dimensionnelles sur les images qui sont utilisées dans les équations de classification en conformation et en engraissement. Sont mesurées des longueurs, largeurs, surfaces de gras et de maigre, rayon de courbure de la cuisse, épaisseur du dos... Des éleveurs impatients Une grande majorité d’éleveurs ont trouvé anormalement long le temps que Normabev a mis à installer les MAC, alors qu'ils paient 60 cts d'euro de cotisation Nbv/Al depuis mi-2003. C'est exact, mais c'est oublier (ou ne pas savoir) que ces 60 cts (augmentés des 60 cts de l'abatteur) ne servent pas qu'au financement des MAC, loin s'en faut. Ces cotisations (1,2 e/Al) ont servi dès mi-2003, et continuent à servir, au fonctionnement général de Normabev, dont pour ce qui concerne le classement proprement dit, à la rémunération des quelques 500 (!) classificateurs présents sur le territoire national qui travaillent pour le compte de Normabev. Ne boudons pas notre plaisir Fabrice Heudier, président du Cirviande, se satisfait de ce premier aboutissement car le dossier a vocation à évoluer. "Un bon pas est fait ! L’accouchement a été long mais on y est. C’est ça qui compte ! Ne boudons pas notre plaisir et bravo donc à notre grande Interprofession (INTERBEV et ses Comités régionaux, dont le CIRVIANDE ainsi que NORMABEV). A charge pour nous tous de faire vivre cet outil, de l’utiliser intelligemment et de l’aider à évoluer car évolution il continuera à y avoir (machines d’autres marques…). C’est une étape, une étape importante, mais le dossier continue" insiste-t-il. Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité