Aller au contenu principal

L’abattoir de Saint-Hilaire repris par l’agglo

Après la liquidation de la société gérante, appartenant à Manuel Pringault, la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie annonce reprendre la gestion de l’abattoir de Saint-Hilaire. Une situation provisoire en attendant la formation d’une nouvelle société et la création d’un nouveau bâtiment.

David Nicolas, président de la Communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie
© CA Mont Saint-Michel Normandie

Finalement, la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie ne repartira pas avec Manuel Pringault, propriétaire de la société ASH, délégataire de service pour la gestion de l’abattoir de Saint-Hilaire. Ce dernier en avait encore l’espoir, même après la liquidation de sa société mardi 31 mars par le tribunal de commerce de Coutances.

Régie provisoire

Le président David Nicolas affirme, « ne s’être interdit aucune option » et avoir « attendu la décision de justice » pour acter la reprise en régie par l’agglo qui va « se battre pour maintenir l’activité sur le site ». Pour Gérard Loyer, maire de Grandparigny et vice-président, « c’est une étape, le temps de construire une gouvernance avec les acteurs de la filière ». L’élu évoque une coopérative de type Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) qui permet d’associer des personnes physiques et morales, de droit privé et de droit public.

A lire aussi : Saint-Hilaire, abattoir en sursis

Gérard Loyer, maire de GrandParigny et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie.

Gérard Loyer, maire de GrandParigny et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie. - © CA Mont Saint-Michel Normandie

Stratégie départementale

Dans les prochains jours, les élus lanceront une consultation auprès des acteurs de la filière et leur demanderont « leur engagement pour la création de cette société », indique Gérard Loyer. Par ailleurs, les élus affirment vouloir « éviter la concurrence avec Carentan » et même travailler avec le futur abattoir, « mutualiser des services, créer des spécialités dans chaque abattoir en fonction des besoins », précise Gilbert Badiou, vice-président et maire de Saint-Hilaire. Des contacts avec les apporteurs des deux abattoirs seront établis et une « nécessaire stratégie » menée avec le Département et les élus de Carentan.

Gilbert Badiou, maire de Saint-Hilaire-du-Harcouët et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie.

Gilbert Badiou, maire de Saint-Hilaire-du-Harcouët et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie. - © CA Mont Saint-Michel Normandie

Nouveau bâtiment

L’outil « doit être repensé, indique David Nicolas, notre préoccupation est de répondre aux filières locales. Il est urgent de travailler avec les éleveurs ovins et tous ceux qui pratiquent un élevage familial. Un abattoir aux capacités de 1 500 à 2 000 tonnes est envisagé « pour ne pas faire concurrence aux grand groupes ».

« Le bâtiment a largement atteint sa durée de vie, poursuit le président, la DDPP nous accorde un sursis à conditions d‘effectuer les mises aux normes et dans la perspective d’une création future ». Le projet de Manuel Pringault « n’était pas bien ficelé », selon lui. « Le gestionnaire a une autre société, Téba, qui loue une partie des locaux dans le bâtiment qui appartient à l’agglo. Les travaux doivent être réalisés sous la maîtrise d’ouvrage de la collectivité, on est tenu de faire mes choses dans l’ordre », détaille Elodie Hergoualch, directrice générale des services. Une étude de faisabilité sera menée pour préciser le projet ultérieurement.

A télécharger ci-dessous : le communiqué de presse de la CA Mont Saint-Michel Normandie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité