Aller au contenu principal

L’abattoir de Saint-Hilaire repris par l’agglo

Après la liquidation de la société gérante, appartenant à Manuel Pringault, la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie annonce reprendre la gestion de l’abattoir de Saint-Hilaire. Une situation provisoire en attendant la formation d’une nouvelle société et la création d’un nouveau bâtiment.

David Nicolas, président de la Communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie
© CA Mont Saint-Michel Normandie

Finalement, la communauté d’agglomération Mont Saint-Michel Normandie ne repartira pas avec Manuel Pringault, propriétaire de la société ASH, délégataire de service pour la gestion de l’abattoir de Saint-Hilaire. Ce dernier en avait encore l’espoir, même après la liquidation de sa société mardi 31 mars par le tribunal de commerce de Coutances.

Régie provisoire

Le président David Nicolas affirme, « ne s’être interdit aucune option » et avoir « attendu la décision de justice » pour acter la reprise en régie par l’agglo qui va « se battre pour maintenir l’activité sur le site ». Pour Gérard Loyer, maire de Grandparigny et vice-président, « c’est une étape, le temps de construire une gouvernance avec les acteurs de la filière ». L’élu évoque une coopérative de type Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) qui permet d’associer des personnes physiques et morales, de droit privé et de droit public.

A lire aussi : Saint-Hilaire, abattoir en sursis

Gérard Loyer, maire de GrandParigny et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie.

Gérard Loyer, maire de GrandParigny et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie. - © CA Mont Saint-Michel Normandie

Stratégie départementale

Dans les prochains jours, les élus lanceront une consultation auprès des acteurs de la filière et leur demanderont « leur engagement pour la création de cette société », indique Gérard Loyer. Par ailleurs, les élus affirment vouloir « éviter la concurrence avec Carentan » et même travailler avec le futur abattoir, « mutualiser des services, créer des spécialités dans chaque abattoir en fonction des besoins », précise Gilbert Badiou, vice-président et maire de Saint-Hilaire. Des contacts avec les apporteurs des deux abattoirs seront établis et une « nécessaire stratégie » menée avec le Département et les élus de Carentan.

Gilbert Badiou, maire de Saint-Hilaire-du-Harcouët et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie.

Gilbert Badiou, maire de Saint-Hilaire-du-Harcouët et vice-président de la CA Mont Saint-Michel Normandie. - © CA Mont Saint-Michel Normandie

Nouveau bâtiment

L’outil « doit être repensé, indique David Nicolas, notre préoccupation est de répondre aux filières locales. Il est urgent de travailler avec les éleveurs ovins et tous ceux qui pratiquent un élevage familial. Un abattoir aux capacités de 1 500 à 2 000 tonnes est envisagé « pour ne pas faire concurrence aux grand groupes ».

« Le bâtiment a largement atteint sa durée de vie, poursuit le président, la DDPP nous accorde un sursis à conditions d‘effectuer les mises aux normes et dans la perspective d’une création future ». Le projet de Manuel Pringault « n’était pas bien ficelé », selon lui. « Le gestionnaire a une autre société, Téba, qui loue une partie des locaux dans le bâtiment qui appartient à l’agglo. Les travaux doivent être réalisés sous la maîtrise d’ouvrage de la collectivité, on est tenu de faire mes choses dans l’ordre », détaille Elodie Hergoualch, directrice générale des services. Une étude de faisabilité sera menée pour préciser le projet ultérieurement.

A télécharger ci-dessous : le communiqué de presse de la CA Mont Saint-Michel Normandie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité