Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA et JA de l'Orne
Lactalis attaque et réclame 300 000 e

S’agit-il d’une nouvelle provocation dans le bras de fer qui oppose les producteurs de lait aux industriels ?

Régis Chevalier (membre de la section “Lait” de la FDSEA), Olivier Borel (président de la FDSEA) et Manuella Belliard (présidente de JA) : “nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action.”
Régis Chevalier (membre de la section “Lait” de la FDSEA), Olivier Borel (président de la FDSEA) et Manuella Belliard (présidente de JA) : “nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action.”
© TG

Toujours est-il que les structures syndicales FDSEA et JA mais aussi en leur nom propre Olivier Borel, Manuella Belliard, Jean-Claude Chauvin (responsable “Lait” FDSEA du canton d’Alençon est) et Cédric Bérard (responsable “Lait” JA) sont assignés en justice auprès du TGI (Tribunal de Grande Instance) d’Alençon par Lactalis. Après les opérations de stickage de ces derniers jours, le géant laitier lavallois leur réclame 300 000 e au titre du préjudice économique et moral. Une action qui cible ainsi le syndicalisme agricole majoritaire ornais déjà visé en avril dernier dans ce même conflit laitier. “Il s’agit d’une atteinte au droit syndical et d’une forme de répression contre les structures de défense des producteurs”, s’insurge Olivier Borel, président de la FDSEA. “C’est petit de la part de Lactalis. J’éduque mes enfants avec des valeurs morales et de liberté”, enchaine Maunella Belliard (présidente de JA). Je veux vivre libre et pas sous une dictature Lactalis”.
Cette tentative d’intimidation arrive alors qu’expire jeudi 12 août l’ultimatum lancé par la FNSEA et la FNPL aux industriels laitiers afin qu’ils reviennent à la table des négociations avec de meilleures intentions. FDSEA et JA ne semblent cependant guère impressionnés. “Nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action”, poursuit Olivier Borel. Une action qui devrait passer ce jeudi par une rencontre entre les représentants des producteurs et les industriels.
Le TGI d’Alençon devrait statuer dans les quinze jours. “Nous avons confiance en la justice de notre pays”, concluent Olivier Borel et Manuella Belliard. Rappelons que Lactalis avait été débouté dans une action similaire en avril dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité