Aller au contenu principal

FDSEA et JA de l'Orne
Lactalis attaque et réclame 300 000 e

S’agit-il d’une nouvelle provocation dans le bras de fer qui oppose les producteurs de lait aux industriels ?

Régis Chevalier (membre de la section “Lait” de la FDSEA), Olivier Borel (président de la FDSEA) et Manuella Belliard (présidente de JA) : “nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action.”
Régis Chevalier (membre de la section “Lait” de la FDSEA), Olivier Borel (président de la FDSEA) et Manuella Belliard (présidente de JA) : “nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action.”
© TG

Toujours est-il que les structures syndicales FDSEA et JA mais aussi en leur nom propre Olivier Borel, Manuella Belliard, Jean-Claude Chauvin (responsable “Lait” FDSEA du canton d’Alençon est) et Cédric Bérard (responsable “Lait” JA) sont assignés en justice auprès du TGI (Tribunal de Grande Instance) d’Alençon par Lactalis. Après les opérations de stickage de ces derniers jours, le géant laitier lavallois leur réclame 300 000 e au titre du préjudice économique et moral. Une action qui cible ainsi le syndicalisme agricole majoritaire ornais déjà visé en avril dernier dans ce même conflit laitier. “Il s’agit d’une atteinte au droit syndical et d’une forme de répression contre les structures de défense des producteurs”, s’insurge Olivier Borel, président de la FDSEA. “C’est petit de la part de Lactalis. J’éduque mes enfants avec des valeurs morales et de liberté”, enchaine Maunella Belliard (présidente de JA). Je veux vivre libre et pas sous une dictature Lactalis”.
Cette tentative d’intimidation arrive alors qu’expire jeudi 12 août l’ultimatum lancé par la FNSEA et la FNPL aux industriels laitiers afin qu’ils reviennent à la table des négociations avec de meilleures intentions. FDSEA et JA ne semblent cependant guère impressionnés. “Nous menons le combat avec nos armes. Un combat honnête et juste pour les producteurs de lait. Nous continuons notre action”, poursuit Olivier Borel. Une action qui devrait passer ce jeudi par une rencontre entre les représentants des producteurs et les industriels.
Le TGI d’Alençon devrait statuer dans les quinze jours. “Nous avons confiance en la justice de notre pays”, concluent Olivier Borel et Manuella Belliard. Rappelons que Lactalis avait été débouté dans une action similaire en avril dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité