Aller au contenu principal

Avec Agrigaz Vire (14)
L’agriculture au service de la transition énergétique

Répondant à l’invitation de Jean-Yves Heurtin (président de la chambre d’agriculture du Calvados), Philippe Court (préfet du Calvados) a visité vendredi dernier l’unité de méthanisation Agrigaz à Vire (14).

AGRIGAZ VIRE - VISITE PREFET PHILIPPE COURT - JEAN-YVES HEURTIN
Jean-Yves Heurtin (à droite) n’est pas contre les recours déposés par certaines associations anti mais « pour des recours justes » a insisté le président de la Chambre d’agriculture du Calvados.
© DR

« Du côté de l’Etat et des collectivités locales, il n’y a aucune ambiguïté. Nous soutenons ce genre d’initiative qui s’inscrit dans un contexte de transition énergétique. Il faut faire émerger de nouvelles sources d’énergie de ce type ». Philippe Court (préfet du Calvados) a rassuré, ce vendredi à Vire (14), le monde agricole et tous les porteurs de projets visant à diversifier le mix énergétique. Une réponse aux propos introductifs du président de la Chambre d’agriculture du Calvados qui a évoqué « l’ambiguïté de beaucoup d’associations. Il est temps de démystifier la méthanisation ».  

La maîtrise du temps

« La gestion du temps est devenue une arme que les antis maîtrisent bien », a reconnu au passage Philippe Court. Sur ce plan, il aura fallu dix années à Agrigaz pour passer de la théorie à la pratique. Un projet porté par une quarantaine d’agriculteurs du Bocage et soutenu par la Chambre départementale d’agriculture présidée à l’époque par Michel Legrand. « Des éléments essentiels ont guidé notre réflexion, s'est souvenu Yves Lebaudy (président de la Sas Agrigaz et ancien élu de la CA 14). Retrouver de la valeur ajoutée pour les agriculteurs, retrouver des éléments de fertilisation, gagner des surfaces d'épandage, redorer l'image du métier...»
Si le parcours a été long, les élus locaux ont bien compris l’intérêt du projet. « Il faut d’abord communiquer en proximité », recommande Yves lebaudy. La société voisine, Normandise (fabricant d’aliments pour chats et chiens), est également partie prenante pour un rendement optimum. 98 % du gaz produit est réinjecté dans le réseau représentant l’équivalent de 20 % de la consommation de Vire.

15 000 t de lisier et 25 000 t de fumier

Trente-sept agriculteurs (basés en moyenne à 7,5 km du site avec un maximum de 16 km) alimentent au quotidien les digesteurs. Au menu : 15 000 t de lisier, 25 000 t de fumier auxquelles il faut ajouter 15 000 t de produits d'origine agroalimentaire dont une partie était auparavant traitée par l'unité d'équarrissage de Mortagne-au-Perche (61) distante de 125 km. Des Cive (culture intermédiaire à vocation énergétique) et des résidus de tonte de pelouse viendront compléter un objectif de 65 000 t par an. Le retour sur investissement devrait être atteint dans 7 à 8 ans alors que le contrat avec GRDF court sur 15 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité