Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Développement durable
L’agriculture frappe aux portes de Caen

Caen métropole veut développer une agriculture périurbaine. Objectif : faciliter l’installation d’exploitation maraîchères sur le territoire. Sollicitée par la collectivité, l’Adear porte le projet.

“Nous aurons un rôle de tuteur lors de l’installation des jeunes maraîchers. Les exploitations ne seront pas forcément Bio. Car pour une jeune, il est difficille de cumuler  installation et agrément bio”, explique la président de l’Adear.
“Nous aurons un rôle de tuteur lors de l’installation des jeunes maraîchers. Les exploitations ne seront pas forcément Bio. Car pour une jeune, il est difficille de cumuler installation et agrément bio”, explique la président de l’Adear.
© Leintenberger

Caen Métropole compte 143 communes pour 330 000 habitants. Selon Christine Gamaury, présidente de l’Adear*, la demande autour des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) explose. Faute de terres disponibles proches de l’agglomération caennaise, elle s’est installée à Villers-Bocage. “La demande est à Caen, mais il n’était pas possible de s’installer à proximité de la zone de consommation. Nous avons donc choisi Villers-Bocage. Un collègue a opté pour Mézidon-Canon” résume Christine Gamaury. Principal rôle de l’Adear : sensibiliser les élus. Vendredi dernier, elle a donc présenté aux élus des exemples d’exploitations maraîchères. Histoire de comprendre les besoins en termes de surfaces de ce type d’installation.

Inflation du foncier
La problématique apparaît essentiellement foncière. “Si on veut une agriculture périurbaine, les élus locaux doivent intervenir”, insiste la présidente de l’association. L’Adear a donc pris son bâton de pèlerin. Elle a rencontré Caen Métropole et éprouvé son projet à Giberville.
Avec les plans locaux d’urbanisme, les maires peuvent influer sur la création d’installations en maraîchage.  Dans leurs démarches, ils peuvent être accompagnés par le Grab (Groupement régional de l’agriculture biologique), l’Adasea ou la Chambre d’agriculture.  À Giberville, le PLU est en cours de finalisation.

Déclaration d’intention politique
Cinq hectares sont déjà réservés. Selon, Gérard Leneveu, maire de Giberville, l’activité maraîchage va “ancrer le poumon vert de la ville.  Les espaces verts représentent déjà un tiers de la surface de notre commune. Ce PLU est aussi une déclaration d’intention politique. Nous étions déjà très sensibles aux aspects environnementaux. Notre restaurant scolaire tente de privilégier les produits locaux. Nous développons également un marché de proximité autour d’une halle. Les débouchés ne manqueront pas”. Même si l’emplacement n’est pas encore défini, cinq hectares sont donc réservés pour un futur maraîcher. Reste à connaître les modalités d’installation. Location des terres ou cession à prix modéré rien n’est pour l’instant défini.



*Association pour le développement de l’emploi agricole et rural du Calvados.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité