Aller au contenu principal

Littoral
Laisser de l’espace à l’espace naturel

C’est l’histoire d’une exploitation entre terre et mer. Deux sites distants de 40 km : Lessay côté production laitière et Ste-Marie-du-Mont côté légumes où le littoral, via son conservatoire, voulait reprendre ses droits.

L’affaire aurait pu tourner au vinaigre et, en son temps, Jean-Noël de Pierrepont, producteur de lait et de légumes avec son frère à Lessay (50), n’a guère goûté la méthode.
C’est par voie de presse qu’il apprend, en 1996, les intentions du Conservatoire du Littoral de racheter le polder de Ste-Marie-du-Mont pour agrandir son espace naturel. Au cœur de cet espace, 75 ha qu’exploitent en direct ou fermage les frères de Pierrepont à des fins légumières en complément de la ferme familiale de Lessay. 
Retrouver une équivalence
Un travail énorme que de faire fructifier ce banc de sable arraché à la mer. Il a fallu drainer (1 500 e/ha environ), monter un réseau d’irrigation et même faire venir une charrue des Pays-Bas pour labourer en profondeur. De l’investissement à long terme en temps et en euros sur lequel misent les frères de Pierrepont. Pas étonant donc qu’ils tombent des nues quand le Conservatoire leur annonce qu’il leur laisse les terres sous conditions d’une reconversion en herbe.
Incompatible avec leur système d’exploitation et pas question de scinder le troupeau en deux. Nos agriculteurs, de même que le Conservatoire du Littoral, vont alors se tourner vers la SAFER. “Ce n’était pas une question de prix, insiste Jean-Noël. Ce que nous voulions, c’est retrouver de la terre en face”. Une opportunité va se présenter quelque temps plus tard. Une exploitation située à Angoville-sur-Ay ( à 2,5 km de Lessay) est à vendre. La SAFER et les négociations peuvent démarrer. “Tout s’est très bien passé entre les locataires, les propriétaires et la SAFER. Elle a pleinement joué son rôle en facilitant un type d’opération compliqué au départ”, reconnaît Jean-Noël de Pierrepont.
C’est par notre connaissance du marché foncier et des mutations, par notre connaissance du territoire, de ses enjeux et de ses intervenants, par notre capacité d’acquérir à l’amiable ou par préemption que nous pouvons démêler de tels dossiers”, précise Jean-Louis Delahaye (Safer). On pourrait y ajouter sa capacité à favoriser un équilibre dans la répartition des terres (agriculture, artificialisation, biomasse, environnement). Sa capacité de médiation entre les différents environnements, d’adaptation et de réaction. Les terres du polder ont été définitivement libérées le 1er juillet dernier (il a fallu laisser un CTE arriver à son terme). Jean-Noël et son frère y récupèrent encore quelques tuyaux mais se sont engagés à laisser un terrain propre et enherbé. Aux dernières nouvelles, on y observerait moins de gibiers qu’au temps des carottes et autres légumes. Mais mettez vous à la place du lapin ! 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité