Aller au contenu principal

Lait infantile : de l’herbe du Cotentin aux pharmacies

En octobre, la firme chinoise Biostime commercialisa son lait infantile en pharmacie. Le produit est issu de l’agriculture biologique normande : le lait est collecté et transformé par la Coopérative Isigny Sainte-Mère.

De gauche à droite : Claire Vandroy, directrice marketing H&H en France ; Simon Frileux, responsable marketing pour la Coopérative Isigny Sainte-Mère ; Pierre Aubril, producteur de lait bio ; Nicolas Regost, du pôle R&D Biostime ; Charles Ravel, directeur Europe et Asie du groupe Health & Hapiness. DR
De gauche à droite : Claire Vandroy, directrice marketing H&H en France ; Simon Frileux, responsable marketing pour la Coopérative Isigny Sainte-Mère ; Pierre Aubril, producteur de lait bio ; Nicolas Regost, du pôle R&D Biostime ; Charles Ravel, directeur Europe et Asie du groupe Health & Hapiness. DR
© JP

llll Mardi 26 juin, l’entreprise Biostime a présenté sa gamme de laits infantiles. Celle-ci est née en 2013 lors du partenariat entre Biostime et la Coopérative Isigny Sainte-Mère. L’enjeu était de proposer un lait pour bébé de haute qualité, bio et local. « Les standards du lait infantile en Chine sont supérieurs à ceux exigés en France », introduit Charles Ravel, directeur Europe et Asie du groupe Health & Hapiness. H&H est la société chinoise qui regroupe les firmes Biostime, dodie, Swisse et Health times.

Pharmaciens et sages-femmes
En octobre, les laits infantiles Biostime se trouveront dans les pharmacies françaises. Objectif : 2 500 points de vente. « La gamme a été lancée dans le réseau des magasins bio en France l’année dernière. Et elle a été approuvée », souligne Claire Vandroy, directrice marketing H&H en France. La marque proposeradu lait standard, du lait de croissance et du lait anti-régurgitation. La stratégie de développement vise les pédiatres, les sages-femmes et les pharmaciens, qui seront formés par « un réseau de délégués médicaux. Nous voulons mettre en avant la recherche scientifique ».

Double réglementation
« Le profil nutritionnel du lait infantile a été réalisé par des experts, qui travaillent la formulation depuis deux ans », informe Julie Royer, cheffe de marque Biostime. Le lait infantile Biostime répond à une double réglementation : celle de la nutrition des enfants en bas âge et celle de la production en AB. L’entreprise met aussi en avant un lait de vaches pâturant dans les marais du Cotentin, « dont les sols ont la spécificité d’être très riches en minéraux », insiste Charles Ravel.

Sans huile de palme
Le lait Biostime repose sur trois ingrédients phares, dont « le SN2 palmitate, qui est l’acide le plus présent dans le lait maternel », poursuit Julie Royer. « Le SN2 provient de la crème grasse bio d’Isigny, enchaîne Nicolas Regost, du pôle R&D Biostime. Nous combinons science et nature car la matière grasse constitue 50 % des apports énergétiques chez l’enfant. Grâce à la crème bio, nous nous affranchissons de l’huile de palme. »

Objectif 10 millions de litres
Biostime vise 5 à 10 % de parts de marché en pharmacie ainsi qu’une présence dans toutes les enseignes bio d’ici deux à trois ans. La distribution en grande et moyenne surfaces est exclue. Un inconvénient cependant : le prix, « 20 à 30 % plus cher que du lait standard ». La coopérative compte 8 millions de litres de lait collectés en 2017. Objectif 10 millions

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité