Aller au contenu principal

FDSEA/JA de l'Orne
Lait : les contrats Bel et Graindorge passés au sérum de vérité

FDSEA et JA ont organisé, jeudi dernier à St-Langis-les-Mortagne et Neauphe-sur-Dive, deux réunions d’informations à destination des producteurs de lait. Objectif : passer au sérum de vérité les contrats Bel et Graindorge. 

D’entrée de jeu, Patrick Durocher, membre de la section lait de la FDSEA, a donné le ton. “Il y a pire que Lactalis”. Au moins pour l’un des deux contrats décryptés. Et pourtant, des représentants  des producteurs ont été associés aux réflexions préalables mais rares sont ceux à être convaincus que leur avis ont été entendus. Ce semblant de concertation avait un objectif : “faire signer individuellement les contrats avant la mise en place des OP (Organisation de Producteurs”, soupçonne Patrick Durocher. Mais la ficelle était sans doute trop grosse. Même s’il n’existe aucun chiffre officiel, rares sont les producteurs à s’être lancés. Lactalis évoque 10 % en Bretagne. Info ou intox mais c’est, quoi qu’il en soit, un échec pour les laiteries privées.

Répondre sans s’engager
Du côté de la FDSEA et des JA, on campe sur ses positions. La consigne est la même depuis l’arrivée dans les boîtes à lettres des premières propositions de contrats. Ne pas signer mais accuser réception et répondre selon une lettre type (disponible auprès des deux syndicats) pour se couvrir juridiquement et prendre le temps de s’organiser collectivement. 
On l’aura bien compris. C’est du rapport de force que sauront établir les producteurs de lait que dépendront les conditions contractuelles de demain. En l’état, force est de constater que le dossier n’a été instruit qu’à charge contre les éleveurs. Derrière la contractualisation proposée par les laiteries se cache l’intégration dénoncent FDSEA et JA. “Contrat individuel sans clause de bascule sur une OP, sortir le mandat de facturation du contrat, un volume de fourniture qui ne correspond pas forcément à la référence administrative, des clauses d’exclusivité et peu sécurisantes en terme de durée, un système de pénalisation privée pour tout volume livré au-delà de la quantité contractualisée, saisonnalité discutée en dehors des mécaniques interprofessionnelles, flou artistique sur la définition d’un parfait état sanitaire, indemnisation du producteur en cas de non collecte, absence de définition de l’acidité du lait, clause de modification du contrat, fixation unilatérale du prix, fixation unilatérale des compléments de prix, contrôle de la cessibilité du contrat...” Presque une liste de points d’achoppement à la Prévert dont en premier lieu desquels l’aliénation du droit à revendiquer et la transmissibilité de ce droit à produire.
Il y a urgence à se fédérer pour apporter une contre-proposition rééquilibrée. Un contrat gagnant/gagnant, avait insisté Bruno Le Maire (Ministre de l’Agriculture), ça se signe à deux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
SUCRERIE CAGNY - BETTERAVES
Projet de sucrerie dans le Calvados : un dossier refermé mais toujours en veille
Le projet d’étude d’une nouvelle sucrerie dans le Calvados, pour faire suite à la fermeture de Cagny, est refermé. Les…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
SOJA MOISSON
Le soja se moissonne sous un soleil d’octobre pas si chaud
Dans la plaine de Caen, à Creully-sur-Seulles, Virginie Sartorio a moissonné sa parcelle de soja, lundi 11 octobre 2021. L’…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
Publicité