Aller au contenu principal

Session
L’amertume et la colère face au bilan de santé de la Pac

Lors des travaux de la chambre d’Agriculture, ce vendredi, les élus ont manifesté leur inquiétude (et disons-le) leur amertume face aux conséquences de la réforme Barnier.

Une assemblée de la chambre d’Agriculture particulièrement préoccupée par les conséquences du bilan de santé à mi-parcours.
Une assemblée de la chambre d’Agriculture particulièrement préoccupée par les conséquences du bilan de santé à mi-parcours.
© FC / l'Eure agricole

L’ordre du jour de cette session de la chambre d’Agriculture de l’Eure a offert, une nouvelle fois, matière à discussions et à débats. Si la première partie des travaux était consacrée aux rapports des commissions (avec une présentation nouvelle et indiscutablement plus attractive), les questions d’environnement autour du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux aura fait l’objet d’une présentation détaillée par Michel Dupuis (ce sujet ô combien important fera l’objet, dans une prochaine édition, d’un dossier complet). 

Seulement, l’actualité aidant, la présentation des comptes 2008 de “la Ferme Eure” et, surtout, les impacts du bilan de santé de la Pac ont naturellement occulté les autres dossiers. Maryline Michaux (du service statistique de la Chambre) a détaillé les points forts de cette analyse, encore prévisionnelle, mais très riche d’enseignements. Concernant le revenu 2008, on retiendra en euro constant son recul de 22 % par rapport à 2007 et son augmentation de 19 % par rapport aux cinq dernières années d’exercice. 

Du côté de l’analyse faite autour des conséquences de la réforme à mi- parcours de la Pac, force est de constater que les chiffres avancés (voir tableaux ci-contre) se passent de commentaires. Mais, les élus ont été nombreux à réagir même si cette présentation ne faisait que confirmer les craintes des professionnels de ce département.  Au point d’engager une motion votée par l’ensemble de ses acteurs. Que dit cette motion ?            

 D’abord, qu’elle reconnait le bien fondé du développement de nouveaux leviers financiers pour consolider les secteurs en crise ou promouvoir de nouvelles filières. Mais les élus font aussi le constat “que les mécanismes de prélèvements et de réaffectation, opérant à enveloppe financière constante, impactent négativement l’économie agricole de l’Eure”. Et d’en détailler le mécanisme : un prélèvement de plus de 30 millions d’euros pour la “Ferme Eure”, pour un retour hypothétique estimé aujourd’hui à 7 millions d’euros, “soit l’équivalent d’une perte annuelle moyenne d’environ  6 000 € par exploitation professionnelle à l’horizon 2012, soit l’équivalent de 50 € par hectare de SAU (avec un impact de plus de 80 € dans les systèmes COP)...” 

Cette motion formule, en conclusion, trois demandes très précises... “D’abord, la réaffectation des 11/25e de la partie découplée, conformément aux DPU historiques. Ensuite, une progressivité de l’application de ces dispositifs avec des mesures d’accompagnement et notamment l’élargissement de la DPA (dotation pour aléas) aux risques économiques. Enfin, une pause dans les nouvelles réglementations et contraintes qui pénalisent les revenus par des sur-investissements sans valeur ajoutée...”

 

Retrouvez d'autres photos

et d'autres données chiffrées

dans l'édition papier de l'Eure agricole

du 2 avril 2009

page 4

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité