Aller au contenu principal

L'amour est dans le pré : fidèle à la réalité ?

La chaîne de télévision M6 diffusait le 4 janvier une émission spéciale pour fêter les dix ans de l'Amour est dans le pré. Une longévité presque surprenante pour un programme télévisé qui s'expliquerait par un savant mariage de valeurs qui touchent les téléspectateurs.

© TG

"Nous présentons une vision magnifiée de l'agriculture", reconnaît Marie Genest, directrice du divertissement et des magazines chez FremantleMedia, la société qui produit L'Amour est dans le pré. "Nous sommes les seuls à parler d'agriculture de façon très positive, mais cela ne veut pas dire que nous ne connaissons pas les difficultés économiques et le problème du suicide chez les agriculteurs", poursuit-elle. Les propos de Marie Genest sont clairs et, au-delà de son expertise en télévision, elle admet avoir beaucoup appris en 10 ans sur le milieu agricole. "Je peux vous parler de la fin des quotas laitiers si vous voulez!", plaisante-t-elle.

Témoin de l'évolution de l'agriculture
Et l'émission semble être à son image. "Si quelques candidats des premières saisons semblaient parfois caricaturaux, depuis quelques années, les différents profils des agriculteurs de l'émission reflètent bien la grande diversité du milieu agricole", analyse Christophe Giraud, sociologue à l'INED (Institut National d'Etudes Démographiques) spécialisé dans les relations familiales et le milieu rural notamment. "Lorsque nous faisons les castings, nous nous basons sur plusieurs critères : nous cherchons à couvrir toutes les régions, présenter des activités agricoles diverses et avoir un panel d'âges large", explique Marie Genest. Si ces critères existent depuis les premières saisons, l'expérience acquise par les équipes de production de FremantleMedia et l'évolution des techniques agricoles ont modifié sensiblement le casting. "Nous ne rencontrons plus les mêmes agriculteurs, témoigne Marie Genest. Aujourd'hui, il y a beaucoup d'agriculteurs très diplômés, modernes de par leurs outils de travail mais aussi leur façon de vivre. Il est essentiel que nous reflétions cette réalité !"
"L'équilibre du casting est intéressant, observe Christophe Giraud, entre agriculture traditionnelle et systèmes de production modernes, avec des types de productions très variés".

Les agriculteurs conquis
"Pour la première saison, on craignait d'avoir du mal à trouver des candidats", témoigne Marie Genest. Finalement, de nombreux agriculteurs ont souhaité participer à l'émission. "Bien sûr, il y a eu de la méfiance au départ. Les agriculteurs, surtout les agricultrices, étaient réticents". Le sociologue Christophe Giraud explique les craintes des débuts par le fait que "le célibat était un peu un sujet tabou dans la profession agricole".

Du rêve pour les téléspectateurs
En mettant cette problématique en lumière, les organisations d'agriculteurs craignaient que les jeunes s'éloignent de cette profession déjà vieillissante, selon le sociologue. "Finalement, les agriculteurs ont très vite été rassurés lorsqu'ils ont vu l'image positive de l'agriculture que l'on projetait", se félicite Marie Genest. "Aujourd'hui, vous n'imaginez pas les quantités de lettres de candidatures d'agricultrices et d'agriculteurs que nous recevons chaque jour !" La plupart des anciens candidats sont d'ailleurs satisfaits et constituent les meilleures cautions de l'émission. Selon la production, sur plus de 100 candidats passés par l'émission en 10 ans, près de 70 sont aujourd'hui en couple (grâce à l'émission directement ou à ses répercussions), 17 mariages ont été célébrés et 39 enfants sont nés. Niveau audience, L'amour est dans le pré reste le programme phare de M6. Pourquoi un tel succès ? Pour Christophe Giraud, les téléspectateurs ont un regard nostalgique sur l'agriculture, ils sont attachés à ce milieu traditionnel. Selon Marie Genest, une émission de "dating" sur une autre profession n'aurait pas un tel succès.
"Lorsqu'on leur montre la campagne, les téléspectateurs voient le bon vivre, la qualité de la vie, la bonne nourriture". Par ailleurs, "l'émission a un côté magique car elle met en présence des gens qui ont peu de chances de se rencontrer", explique Christophe Giraud. Ils ne sont ni de la même région, ni du même milieu, et pourtant "l'amour naît de ces rencontres improbables". L'émission donne également à voir des valeurs chères aux Français, notamment les liens de la terre. Marie Genest a été marquée par un candidat de la saison 2015, un jeune producteur de porcs élevé par une famille adoptive. "Pour lui, reprendre l'exploitation de ses parents adoptifs se présentait comme une évidence", explique-t-elle.
Marie Genest, qui confie "adorer ce programme" entend bien repartir de plus belle pour "10 saisons de plus !"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité