Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

arboriculture
L’arboriculture : un héritage familial

Thibault Alleaume, installé en 2009, reçoit le prix de l’installation. Un encouragement supplémentaire pour le jeune homme de 29 ans qui a toujours voulu reprendre l’exploitation familiale. “Je suis la 5e génération”, assène t-il fièrement.

Installé depuis 2009 avec ses parents et sa femme, Thibault  Alleaume, a eu le plaisir de recevoir le prix spécial du jury des trophées de l’installation en arboriculture. Accompagné d’une enveloppe de 5 000 €, le jeune homme de 29 ans a reçu le prix des mains de Nicolas Sarkozy, président de la République,en septembre dernier. “C’est très impressionnant de rencontrer le  président dans ces circonstances et avec cette proximité”, relate l’agriculteur. “Même si l’entrevue fut courte, j’en garderai un très bon souvenir. En effet, dans un contexte agricole difficile, avec une sur-production de fruits cette année, c’est un signe d’encouragement et de reconnaissance de la profession fort”.

Une passion transmise sur cinq générations


Créée en 1848, l’exploitation “Alleaume Fruits” est implantée à La Rivière-Saint-Sauveur (14), près d’Honfleur. Thibault Alleaume suit la tradition. Depuis son enfance il souhaite intégrer la ferme. “je suis fier de reprendre le flambeau. Entre hier et aujourd’hui, le métier a beaucoup évolué, et mes idées ainsi que celles de ma femme Marta divergent souvent de celles de mes parents. Cependant, nos prenons toujours les décisions importantes en concertation”, affirme l’agriculteur. Un avis partagé par Edwige, sa maman “nous les laissons prendre des initiatives, même si parfois cela va à l’encontre de notre raisonement. L’exploitation, c’est leur avenir, ils doivent expérimenter”.

La vente directe : merci aux courses hippiques !


C’est Jacques Alleaume, 3e génération d’arboriste qui fait entrer le concept de vente directe dans  l’exploitation. “La concurrence avec les grandes exploitations étaient rudes. Alors, mon grand-père, eu l’idée de profiter des embouteillages qui se formaient sur l’axe Rouen-Honfleur, pour se rendre aux courses hippiques, en distribuant à même les voitures des cagots de pommes ! Ensuite, vint le chapiteau au bord du trottoir. Une belle leçon pour savoir comment profiter de chaque opportunité”, s’enthousiasme son petit-fils.  Aujourd’hui, la vente directe, dans un magasin en dur, ne représente que 5% du chiffre d’affaires de l’exploitation. Le restant des recettes est réalisée via les ventes aux GMS (40%) et aux grossistes (55%). “C’est compliqué d’évoluer dans ce contexte car les grandes surfaces font bien comprendre qu’elles ont le pouvoir. Cependant, je ne suis pas d’accord pour céder sur tout. Je travaille pour gagner ma vie et je dois vendre mes produits pas les brader”. 
helene bonneau

L’exploitation familiale “Alleaume Fruits”
La ferme arboricole est créée en 1848. Depuis cinq génération, elle est entretenue par la famille Alleaume. Aujourd’hui, Tibault Alleaume, Marta, sa femme et Edwige et Didier (actionnaire) ses parents sont associés en EARL.
Sur une surface de 16 hectares, la production de fruits dépasse les 500 tonnes (350 t. de pommes, 130 t. de poires et 30 000 barquettes de framboises de 250 grammes). 
Considéré comme des petits producteurs avec leurs 28 000 arbres, ils distribuent leurs productions vers les GMS, les grossistes et par la vente directe (depuis 60 ans).
Très sensible à la qualité et le respect de leur environnement, la 5e génération mise sur l’agriculture raisonnée et “se dirige doucement vers l’agriculture biologique”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité