Aller au contenu principal
Font Size

ETA
L’ARETAR croit en l’avenir d’EDT Normandie

Réunis en congrès annuel vendredi dernier à Caen, les ETA (Entrepreneurs de Travaux Agricoles) ont été rassurés sur leur avenir par Vincent Chatellier (économiste et ingénieur de recherche à l’INRA).

Ne dites plus ARETAR mais EDT Normandie. L’Association Régionale des Entrepreneurs de Travaux Agricoles et Ruraux, fondée en 1994, s’est mue en Entrepreneurs Des Territoires. Autre évolution majeure, le syndicat chapeaute désormais les 5 départements normands. Vendredi dernier lors de son assemblée générale annuelle, son jeune président, Didier Cairon, et son conseil d’administration ont accueilli des représentants de l’Eure et de Seine-Maritime. Une nouvelle dynamique pour entreprendre les chantiers de demain.
Et de la dynamique, les entrepreneurs doivent en déployer. Car si l’agriculture est plongée dans un marasme conjoncturel toutes productions confondues, les dommages collatéraux sont à craindre. Pour bien appréhender la situation actuelle et tenter d’y voir plus clair demain, EDT Normandie avait invité Vincent Chatellier à plancher sur “les productions agricoles, la PAC et la mondialisation : bilan et perspectives”. Un discours sans langue de bois de la part de l’économiste et ingénieur de recherche à l’INRA et, in fine, plutôt rassurant.

Une fiscalité déraisonnable
Vous devez démontrer aux agriculteurs que vous êtes vecteurs de productivité, acteurs de leur efficacité économique en générant de l’EBE dans les exploitations. La restructuration du monde agricole vous est favorable”. C’est donc un changement de sémantique qu’a proposé Vincent Chatellier à son auditoire. Ne pas évoquer la prestation de services en terme de coût mais bien plus en celui de plus-value qu’elle génère au niveau de l’exploitation. Une plus-value sous forme d’économies de charges, plus particulièrement les charges de mécanisation ostensiblement dans l’œil du viseur de l’économiste. “La politique fiscale en agriculture est déraisonnable. On encourage depuis 10 ans la surmécanisation”, dénonce Vincent Chatellier. Conséquence : “en production laitière, le coût de mécanisation en France atteint 123 e/1 000 litres. Aux Pays-Bas, il n’est que de 72 e/1 000 litres”. Un delta de 51 e/1 000 litres à ramener à un prix moyen l’an dernier aux alentours de 275 e. ! “Le prix du lait en 2009 n’a absolument pas été surprenant par rapport à ce que nous avions connu en 2005. La grande différence, ce sont les charges”. Quant à revendiquer un prix du lait à 400 e : “on ne peut pas être contre mais ce n’est pas dans ce monde là que l’on vit. Ce n’est pas sérieux de mentir aux jeunes sur le marché économique dans lequel ils œuvrent”, déplore Vincent Chatellier.

Restructuration
Autre réalité laitière, depuis l’instauration des quotas en 1984, la France a perdu l’équivalent de la production Normande. La campagne 2009/2010 est du même tank : - 2,3 % à l’échelon hexagonal contre + 5,2 % en Allemagne à titre de comparaison. Un effet grève du lait “- 9 % durant cette période, reconnaît notre chercheur, mais aussi un prix du lait moins cher en Allemagne” pénalisant de facto les entreprises françaises en leur faisant perdre des parts de marché.
Pour autant, la fin programmée des quotas laitiers va modifier la donne. “Les volumes de lait produit en France vont augmenter avec moins de producteurs, pronostique Vincent Chatellier. En 2020, je ne serai pas surpris qu’un couple d’agriculteurs produise 500 000 l. Qu’un GAEC à 3 en produise 800 000 à condition de leur donner la capacité à être heureux et à vivre de leur métier”. Bémol à cette restructuration : la volonté politique de maintenir une fonction territoriale du lait. “Il ne faut pas détricoter le tissu social laitier”. Rien de scandaleux donc à ce que le lait de montagne bénéficie d’un petit coup de pouce. Quant à la Normandie, avec un coût de production alimentaire extrêmement compétitif, sa vocation laitière ne saurait être remise en cause. Elle devrait même s’accélérer vers 2014 avec “les premiers ateliers laitiers qui n’auront plus à supporter de dotations aux amortissements”.  L’occasion pour Didier Cairon, patron des entrepreneurs, de conclure : “nous avons encore de belles années à venir. Ce sera peut-être dur mais on y arrivera”.

EDT Normandie
Entrepreneurs Des Territoires
BP 14
50600 St-Hilaire-du-Harcouët
Tél. 02 33 79 33 72.
Fax. 02 33 79 33 77
Email. contact@edtnormandie.com
alain.hierle@edtnormandie.com
Site. www.edtnormandie.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité