Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jéremy Quenault
Lauréat des Trophées de l'installation

De salarié en 2009, Jérémy Quenault est devenu exploitant maraîcher à temps plein en 2012. Une installation saluée par un trophée au concours organisé notamment par JA national.

© TG
Tous les chemins ne mènent pas à l'installation mais le chemin de l'installation n'est pas unique. Jérémy Quenault le revendique et l'assume. S'il est aujourd'hui légumier à temps plein et à la tête de son propre outil de production dans la Manche (17 vergées de carottes plus navets, radis noirs et radis roses), il est passé par la petite porte. Au cours de son cursus scolaire (CAP et BEP au CFA de Coutances), il a goûté, grâce à l'apprentissage, à la carotte de Créances, chez deux maîtres de stage. Des voisins et collègues aujourd'hui.
Il a ensuite peaufiné ses connaissances et sa pratique via des emplois à temps partiel sur ce même terroir. Parallèlement en 2009, il se lance pour son propre compte dans la carotte sur 2 000 m2 avec 5 tuyaux d'arrosage. Le reste du matériel est prêté par ses ex-maîtres d'apprentissage.

Un statut d'agriculteur en 2012
En 2010 : achat d'un tracteur, d'une remorque et d'un kit d'arrosage un peu plus performant. Une obligation avec une surface multipliée par 7 (1,4 ha). Nouvel investissement en 2011 dans un semoir monograine. Le radis noir et le navet font leur apparition dans l'assolement. Tous est arraché à la main. Jérémy ne compte pas ses heures...
En 2012 et avec 3,5 ha de carottes, Jérémy Quenault devient officiellement agriculteur à temps plein. "Je me suis installé hors des sentiers battus. J'ai fait progressivement mon trou. J'ai eu 3 patrons et les trois m'ont prêté du matériel, apporté des conseils... Les fournisseurs aussi m'ont fait progresser", résume notre jeune agriculteur.

Pas de schéma unique
"Jérémy a grandi grâce à son travail. Son installation est certes atypique mais, dans ce domaine, il n'y a pas de schéma type". Pour Maxime Larsonneur, chargé de développement au marché de l'Agriculture de la Caisse régionale de Crédit Agricole Normandie, ce parcours est même plutôt de nature à rassurer tout banquier. Jérémy Quenault s'est autofinancé au départ. Il a dégagé des résultats et donc du revenu prouvant pour la suite sa capacité à emprunter et rembourser.
Une chance pour demain. Les investissements vont devenir plus importants notamment avec la construction d'un hangar de stockage (50 000 e environ). "Bien sûr, nous allons continuer d'accompagner son développement", rassure Christophe Marion (conseiller d'affaires agricoles à la caisse locale de Crédit Agricole de La-Haye-du-Puits). Une corde supplémentaire pour notre jeune agriculteur. Son OP (Organisation de Producteurs) autorise en partie la vente à la ferme et sur les marchés. Une bonne activité estivale dans ce coin touristique et réputé grâce à la carotte !
Distinction : lauréat des Trophées de l'Installation
Grâce au Crédit Agricole, Jérémy Quenault peut s'initier aux joies de l'Ipad. Une récompense obtenue dans le cadre des "Trophées de l'installation". Il s'agit d'un concours destiné à montrer les visages de l'agriculture de demain à travers de jeunes installés qui représentent l'avenir.Un concours qui s'adressait cette année aux maraîchers et aux vignerons. Parmi les 360 candidats sur la ligne de départ, 20 ont été retenus dont celui de Jérémy. Le passage d'un statut de salarié à celui d'agriculteur et l'installation progressive ont séduit un jury composé de professionnels mais aussi de membres d'institutions partenaires dont la Banque Verte."Tous ceux qui s'inscrivent dans une logique de création de valeur ajoutée, en phase avec l'environnement et les attentes du consommateur sont la bienvenue", précise-t-on du côté des organisateurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité