Aller au contenu principal

ETA Jean-Claude Dubois
L’autochargeuse/ensileuse revient dans son pré bas-normand

250 ha d’herbe ensilée pour sa première année de fonctionnement du côté de La Croix Avranchin (50). Un retour gagnant.

Christian Savary et Jean-Claude Dubois. Ensilage à l’autochargeuse ou avec l’ensileuse automotrice : le prix de revient est comparable. Par contre, question contraintes et organisation de chantier, avantage à la première citée.
Christian Savary et Jean-Claude Dubois. Ensilage à l’autochargeuse ou avec l’ensileuse automotrice : le prix de revient est comparable. Par contre, question contraintes et organisation de chantier, avantage à la première citée.
© TG
Entrepreneur de travaux agricoles à La Croix Avranchin (50), Jean-Claude Dubois a investi l’an dernier dans une autochargeuse/ensileuse de marque Pöttinger. Aucun client au départ mais l’offre a généré la demande. Pour sa première année de mise en service, elle a ensilé 250 hectares de prairies mais aussi de la luzerne, du blé et de la paille. Un chantier simplifié Le principal atout de l’autochargeuse/ensileuse repose sur l’organisation du chantier puisqu’elle transporte jusqu’au silo le fourrage. Besoin donc uniquement d’un tracteur et d’un chauffeur en dehors des opérations de tassage. Un avantage plus particulièrement apprécié dans une zone où la récolte de l’herbe vient se télescoper avec une grosse pointe de travail liée aux semis de maïs. Côté débit de chantier, Jean-Claude Dubois annonce de 2 à 4 ha par heure. "Un débit très variable cependant lié à la distance entre la parcelle et le site de dépôtage" précise notre entrepreneur. Autre avantage : un entretien et une maintenance plus simple et moins onéreuse qu’une ensileuse automotrice. Quant à la capacité de la remorque, son volume affiche 47 m3 correspondant à 72 m3 de fourrage comprimé soit environ 17 T, l’équivalent d’environ un hectare. Besoin de puissance Si la technique présente des avantages indéniables, certains préalables comme la puissance du tracteur sont à respecter. Jean-Claude Dubois utilise à ce titre un tracteur développant 220 cv. Parallèlement le tassage s’avère plus délicat qu’avec un ensilage traditionnel. Il doit donc faire l’objet d’une attention particulière. Côté dessilage, ça se complique aussi un peu et le godet déssileur selon certains spécialistes ne serait pas adapté. Rien de rédhibitoire cependant. Dernière précaution que prend enfin notre entrepreneur, il fauche (à la faucheuse/conditionneuse) tout ce qu’il ensile. Question de qualité de travail et de respect du fourrage. C’est ainsi, qu’en conditions moyennes, il lui faudra 7 mn pour remplir la remorque et 3 mn pour la vidanger. Côté prix de revient, peu ou pas de différence pour l’agriculteur en comparaison avec un ensilage classique. Par contre pas de voisins ni de remorques à mobiliser pour le chantier et donc pas "de corvées à rendre". Et pour Jean-Claude Dubois, une utilisation supplémentaire pour son tracteur de grosse puissance sans compter l’économie de deux journées de travail correspondant au changement de configuration de l’ensileuse maïs/herbe. La Manche dénombre à ce jour 4 machines de ce type. Un marché qui pourrait encore se développer au niveau des ETA et des CUMA, voire même au niveau des exploitations individuelles avec des machines de moindre puissance. Th. GuillemotChristian Savary (CA 50). Une place entre l’enrubanneuse et l’ensileuse automotrice L’autochargeuse/ensileuse avait, il y a une quinzaine d’années, fait une première tentative d’implantation dans notre région. Semi échec ! "Les gros tracteurs de l’époque affichaient 110 cv. Ils manquaient de puissance, explique Christian Savary, technicien machinisme à la Chambre d’Agriculture de la Manche. Parallèlement, les dispositifs de hachage étaient dotés de moins de couteaux". Verdict : des débits de chantiers insuffisants et une qualité d’ensilage un cran au dessous par rapport au travail réalisé par une ensileuse automotrice. Depuis, les équipements ont évolué et l’autochargeuse/ensileuse retrouve un regain d’intérêt pour se positionner entre l’ensilage classique et l’enrubannage. " Avec deux remorques, on arrive d’ailleurs à un débit de chantier similaire à celui d’une grosse ensileuse, fait remarquer Christian Savary. La concurrence est donc bien là. Et si l’enrubannage constitue aussi une alternative, cette technique est plus coûteuse en temps et en argent (mais le bachage est mécanisé) sans parler des équipements spécifiques qu’elle peut nécessiter (comme le pince balle). Ultimes arguments enfin en faveur de l’autochargeuse/ensileuse : sa polyvalence. Elle peut en effet aussi ramaser la paille (pour une utilisation en logette ou en poulailler) et même servir au transport de l’ensilage de maïs !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité