Aller au contenu principal

L’azote, ça se pilote aussi de haut

Giel Agri Demo s’est transformé, le temps d’une journée technique,en Mecque de la fertilisation azotée de précision. Constructeurs, CUMA, Entrepreneurs étaient là ainsi que Cécile et Pauline avec leur drone pour un vol démo.

© TG

La modulation de la fertilisation azotée répond à un double enjeu. Le premier est économique : plus de rendement et plus de qualité (protéine) avec moins d’intrants. Le second est environnemental : pas de perte d’azote. Elle fait appel à des technologies de pointe pour lesquelles des marges de progrès existent. Sur le terrain, les expérimentations se poursuivent pendant que la vulgarisation s’accélère, notamment du côté de la Chambre d’agriculture de l’Orne. Jeudi dernier à Giel, Cécile Primois et Pauline Le Penven (Services - Conseils - Formations PROAGRI Pilotage de production à la CA 61) ont focalisé l’attention. Entretien.

>> Pourquoi un drone à la Chambre d’agriculture de l’Orne ?
Cécile Primois-Pauline Le Penven. Cette année, il nous sert principalement à faire de l’expérimentation. Néanmoins, nous avons suivi quelques parcelles en prestation de service pour faire du conseil azote blé.

>> Quel préalable pour le piloter ?
Il faut suivre une formation théorique à l’ULM (Ultra Léger Motorisé), formation qui se fait à distance. En plus, nous avons suivi une formation pratique de deux jours pour son utilisation.


>> C’est compliqué à piloter ?
On dit piloter mais, la réalité, c’est que nous n’avons qu’à le lancer et nous occuper de l’atterrissage. Au départ, nous réalisons un plan de vol grâce à un logiciel adéquat. Le drone est ensuite connecté via un modem à l’ordinateur, ce qui va lui permettre de voler en totale autonomie.

>> Quel est le principe de fonctionnement ?
Cela repose sur une mesure de biomasse et de réfléctance grâce à un capteur multispectral. Le drone va réaliser sur chaque point déterminé 4 photos selon 4 longueurs d’onde différentes. Il vole à 150 mètres d’altitude pour un débit de 3 ha/mn. C’est un engin souple d’utilisation qui peut voler jusqu’à des vents de 40 km/h mais il n’aime pas la pluie. 

>> Que se passe-t-il ensuite ?
Toutes les informations collectées sont transférées à Airinov qui, avec des logiciels spécifiques, va créer une cartographie des besoins intraparcellaires d’azote.

>> Aujourd’hui, nous sommes encore au stade expérimental ou à celui de la vulgarisation ?
On vulgarise. C’est un service déjà proposé aux agriculteurs et qui va monter en puissance. Mais, parallèlement, on poursuit l’expérimentation sur blé et colza pour valider le conseil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité