Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le 26 mai : les clés de la Chambre d'agriculture du Calvados pour piloter sa ferme

Le 26 mai prochain, l’exploitation de Gilles et Florence Haelewyn accueille une journée technique organisée par la Chambre d’agriculture du Calvados. Intitulée “Lait et cultures, je décide de mon avenir”, la manifestation a pour but de construire une stratégie d’exploitation dans la durée.

© VM

Dans un contexte économique incertain, l’élaboration d’une véritable stratégie d’entreprise s’impose à toutes les exploitations agricoles. La Chambre d’agriculture invite donc les exploitants à réfléchir le pilotage de leur exploitation. Organisée en partenariat avec la Coopérative de Creully, cette journée technique sera l’occasion d’aborder plusieurs thématiques : le pilotage de la production laitière, l’organisation du travail associant robot de traite et salarié, l’introduction des protéagineux dans la rotation des cultures. “Mes prises de décision, sur la ferme, s’effectuent à différents niveaux. Elles sont économiques, techniques et salariales. Je pense aussi au confort de travail et à l’efficacité”, explique Gilles Haelewyn, associé du GAEC 2000, basé à Commes (14). 

Maintenir le lait
Avec un prix du lait au plus bas, l’éleveur a longuement réfléchi l’opportunité de poursuivre la production laitière. “À plus de 50 ans, on se pose pas mal de questions. Quelle est la bonne stratégie pour la ferme ? Quel est le bon plan pour l’exploitation ?”, s’interroge l’éleveur. Le GAEC emploie un salarié. Sa présence influence automatiquement l’activité élevage de la ferme. “Nous ne pouvons pas avoir un salarié sans les vaches laitières. L’inverse est également vrai”, justifie l’éleveur.

Raisonner ses investissements
D’autres choix s’imposent. Le John Deere de 95 chevaux, “qui a rendu des bons et loyaux services pendant 25 ans”, a rendu l’âme. Face à la conjoncture difficile, les associés du GAEC n’ont pas souhaité le remplacer. “Au lieu de faire le travail avec 4 tracteurs, nous nous contenterons de 3. Avec le recul, je pense que nous avons eu raison de ne pas investir dans un télescopique ou un autre tracteur”, témoigne Gilles Haelewyn. Reste à trouver le bon compromis entre les aspects techniques et économiques.
Le 26 mai à Commes, les techniciens de la Chambre d’agriculture seront dans les stands. Prêts à y accueillir les pilotes des exploitations agricoles du Calvados.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité