Aller au contenu principal

Initiative
Le 4 L trophy à l’E85

Quatre étudiants de l’ITII participeront au traditionnel 4 L trophy. La voiture est préparée par l’institut Lemonnier, à Caen. Même dans le désert, le rallye se met au vert. L’équipage normand est inscrit dans la catégorie “Eco challenge”.

Peinture et mécanique : le véhicule est préparé par l’institut Lemonnier de Caen.
Peinture et mécanique : le véhicule est préparé par l’institut Lemonnier de Caen.
© VM

La Renault 4 L, millésime 1979, affiche 110 000 kilomètres. Achetée à une étudiante bretonne, elle participera à son deuxième 4 l trophy. Pour l’occasion, la vaillante Renault tentera d’adopter une fibre écologique. Aligné dans la catégorie “éco challenge”, le véhicule tâchera de s’acheter une conduite. Objectifs : proposer des solutions. Du 18 au 28 février, la 4 l parcourra 6 000 kilomètres pour relier Paris à Marrakech, dont 1600 km sur le continent africain.

50 % éthanol
et 50 % sans-plomb

À l’origine du projet : quatre étudiants de l’Institut des Techniques d'Ingénieur de l'Industrie d’Evreux. David Saï, Christelle Liger, Julian Botia et Yohan Paysant ont choisi d’intégrer ce challenge dans leur cursus. “Nous avons un projet de promotion à réaliser. Nous avons donc choisi de participer au 4 L trophy”, explique Yohan Paysant.
Pour la préparation du véhicule, les étudiants se sont rapprochés de l’institut Lemonnier. Ce dernier forme mécaniciens et autres carrossiers. Pour les besoins de l’éco challenge, la Renault roulera à l’éthanol. “Nous mettrons 50 % d’E85 et 50 % de sans-plomb 95. On ne peut pas aller au-delà : le moteur ne couvrirait pas la distance”.  Autre piste d’économie explorée : la technologie RHP. Ce système monté sur la 4 L est censé limiter la consommation de carburant et les rejets de CO2. Le RHP doit permettre d’améliorer le mélange carburant oxygène et ainsi de favoriser la combustion.

6 000 km : départ le 18 février
L’heure est aux derniers préparatifs. La peinture est neuve, le moteur révisé. Cette année, Julian Botia et Yohan Paysant embarqueront dans le véhicule pour l’édition 2010. Leurs camarades leur succéderont en 2011, faute de budget. Car participer à l’épreuve a un coût :  3100 € de frais d’inscription, 800 € d’essence et d’équipement, 1500 € d’achat et d’assurance du véhicule. “Nous sommes d’ailleurs toujours à la recherche de nouveaux sponsors”, souligne Yohan Paysant. L’appel est lancé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité