Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Initiative
Le 4 L trophy à l’E85

Quatre étudiants de l’ITII participeront au traditionnel 4 L trophy. La voiture est préparée par l’institut Lemonnier, à Caen. Même dans le désert, le rallye se met au vert. L’équipage normand est inscrit dans la catégorie “Eco challenge”.

Peinture et mécanique : le véhicule est préparé par l’institut Lemonnier de Caen.
Peinture et mécanique : le véhicule est préparé par l’institut Lemonnier de Caen.
© VM

La Renault 4 L, millésime 1979, affiche 110 000 kilomètres. Achetée à une étudiante bretonne, elle participera à son deuxième 4 l trophy. Pour l’occasion, la vaillante Renault tentera d’adopter une fibre écologique. Aligné dans la catégorie “éco challenge”, le véhicule tâchera de s’acheter une conduite. Objectifs : proposer des solutions. Du 18 au 28 février, la 4 l parcourra 6 000 kilomètres pour relier Paris à Marrakech, dont 1600 km sur le continent africain.

50 % éthanol
et 50 % sans-plomb

À l’origine du projet : quatre étudiants de l’Institut des Techniques d'Ingénieur de l'Industrie d’Evreux. David Saï, Christelle Liger, Julian Botia et Yohan Paysant ont choisi d’intégrer ce challenge dans leur cursus. “Nous avons un projet de promotion à réaliser. Nous avons donc choisi de participer au 4 L trophy”, explique Yohan Paysant.
Pour la préparation du véhicule, les étudiants se sont rapprochés de l’institut Lemonnier. Ce dernier forme mécaniciens et autres carrossiers. Pour les besoins de l’éco challenge, la Renault roulera à l’éthanol. “Nous mettrons 50 % d’E85 et 50 % de sans-plomb 95. On ne peut pas aller au-delà : le moteur ne couvrirait pas la distance”.  Autre piste d’économie explorée : la technologie RHP. Ce système monté sur la 4 L est censé limiter la consommation de carburant et les rejets de CO2. Le RHP doit permettre d’améliorer le mélange carburant oxygène et ainsi de favoriser la combustion.

6 000 km : départ le 18 février
L’heure est aux derniers préparatifs. La peinture est neuve, le moteur révisé. Cette année, Julian Botia et Yohan Paysant embarqueront dans le véhicule pour l’édition 2010. Leurs camarades leur succéderont en 2011, faute de budget. Car participer à l’épreuve a un coût :  3100 € de frais d’inscription, 800 € d’essence et d’équipement, 1500 € d’achat et d’assurance du véhicule. “Nous sommes d’ailleurs toujours à la recherche de nouveaux sponsors”, souligne Yohan Paysant. L’appel est lancé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité