Aller au contenu principal

LE BŒUF EN FETE A MALTOT (14) : les jeunes se mobilisent

Ce week-end se déroulera la 18e édition de « Bœuf en Fête ». Comme chaque année, les étudiants en formation à la MFR de Maltot s’investissent pour la manifestation. De la seconde au BTS ACSE en passant par le BPA polyculture élevage, tous les élèves ont été mis à contribution.

© ED

Ils ne sont pas dans les mêmes filières et ils n’ont pas le même âge. Mais ils ont tous un point commun : la passion pour le monde agricole. Ce dimanche, les différents groupes de la MFR vont proposer des animations tout au long de la journée. Promotions de la vente directe, intendance ou encore démonstrations agricoles, les élèves s’investissent dans l’évènement.

Promouvoir l’agriculture
Chaque section de la MFR aura un rôle bien précis. « Nous, les BPA polyculture élevage, nous serons sur la ferme normande. Nous nous sommes répartis sur différents ateliers pour communiquer sur la viande. Nous allons sensibiliser le grand public à la traite, l’alimentation des vaches, ainsi que la transformation », explique Stéphanie Criquet, une des stagiaires en BPA Polyculture élevage.
Les BTS ACSE, eux, mettront en avant 4 filières : le chanvre, la cuniculture, les légumes ou encore le bois.
Les terminales de BAC Profesisonnel CGEA s’occuperont de l’intendance. « Nous avons le BAC à préparer pour la fin d’année, nous ne pouvions pas être autant impliqué que les autres classes. Nous allons faire des crêpes et gérer la sécurité en complément des agents cynophiles qui surveilleront le stationnement», confie Stéphane Bréard, étudiant de terminale BAC Pro CGEA. Enfin, les élèves de seconde auront aussi un rôle lors de la manifestation. « Nous travaillons sur les micros-parcelles. En ce moment, nous désherbons les cultures, plantées préalablement par la coopérative de Creully. Nous allons faire une présentation des différentes parcelles, une vingtaine au total, pour le grand public. Nous leur ferons un quizz afin d’échanger avec eux sur les cultures», souligne Hugo Lépinay, élève de seconde.

Toujours motivés
Malgré la crise agricole qui touche durement la profession, la relève y croit encore. « Il ne faut pas se décourager, même si les temps sont durs. Je pense qu’en étant issu du monde agricole, c’est plus facile de trouver sa place. Nous pouvons reprendre la ferme de nos parents à l’avenir. Nous ne savons pas aujourd’hui si nous, futurs agriculteurs, gagnerons bien notre vie. Pour l’instant, c’est la passion qui nous guide », assure Nicolas Pannier, terminale de BAC Pro CGEA à Maltot. Face à l’insécurité de l’emploi, les jeunes préfèrent désormais se former au mieux, afin d’assurer leurs arrières. « Poursuivre vers un BTS nous permet de préserver notre avenir. Si l’installation est impossible ou ne fonctionne pas, nous pourrons toujours trouver un travail grâce à ce diplôme, c’est un plus », termine Rohanne Simplice, étudiant en BTS ACSE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité