Aller au contenu principal

Sur le terrain
Le bois déchiqueté leur permet de maîtriser les charges d’énergie

Ils sont de plus nombreux à faire le choix du bois énergie pour mieux maîtriser les charges de chauffage de leur élevage. Visites chez des exploitants convaincus !

En 2008, M. et Mme Guesnet installent une chaudière à bois déchiqueté pour produire les 4 000 l d’eau à 80 °C nécessaire quotidiennement à l’alimentation des veaux de boucherie et fournir l’eau chaude et le chauffage de leur maison d’habitation. Un investissement gagnant, l’installation est amortie en 4 ans et les charges d’énergie de l’atelier diminue de plus de 50 %.


4 000 litres d’eau chaude produite

“Avec une facture annuelle de gaz s’élevant à plus de 7000 € par an et une chaudière à fioul vieillissante”, M. et Mme Guesnet, exploitants à Avernes Saint-Gourgon dans l’Orne, cherchent un moyen de réduire leurs charges. Le choix du bois déchiqueté s’impose rapidement : l’EARL dispose de haies à valoriser et des aides peuvent accompagner leur projet. Après plusieurs visites d’installation et une étude de faisabilité réalisée par la Chambre d’agriculture de l’Orne, les exploitants optent pour une chaudière d’une puissance de 70 kW associée à un échangeur à plaques. L’échangeur à plaques leur permet de réutiliser les ballons d’eau existants et de maintenir le système de chauffage à gaz, encore utilisé pour atteindre la température idéale à la préparation du lait et utile en cas de panne. Pour chauffer la maison, un circuit d’eau chaude enterré d’une centaine de mètres est mis en place. Le coût globale s’élève à 38 539 € HT (chaufferie 28 500 €, raccordement habitation 10 038 €). L’EARL a bénéficié d’une subvention de 45 % (Région Basse-Normandie, Ademe et Conseil général de l’Orne).

Ecologique et économique

180 m3 de plaquettes de bois se substituent désormais aux 8 tonnes de gaz propane utilisées sur l’exploitation, et aux 900 litres de fioul et 25 stères de bois utilisés pour la maison d’habitation. 25,5 tonnes d’émissions de CO2 sont ainsi évitées annuellement soit l’équivalent de 170 000 km parcourus en voiture. Côté financier, après quatre années, l’économie prévue est bien réelle. “Quand on voit le prix de la tonne de gaz, passé de 680 € à 880 € en 4 ans, cela nous conforte” se félicite M. Guenet. Constatant une surconsommation de 50 m3 par rapport au prévisionnel, M. Guesnet construit un hangar de stockage pour disposer de plaquettes sèches et améliorer ainsi le rendement.


Le bois des haies de l’exploitation

Le bois déchiqueté provient de l’entretien des haies bocagères de l’exploitation. 700 mètres linéaires de haies seront d’ailleurs replantés en 2012. Pour produire du bois déchiqueté, ces haies seront recépées tous les douze à quinze ans L’EARL fait appel à des entreprises locales équipées d’une tête d’abattage et d’une déchiqueteuse ce qui facilite le travail (voir article semaine dernière). Chaque année, deux demi-journées sont consacrées à la production du combustible.

Un véritable confort

Côté organisation de travail, la chaudière est entièrement automatisée. Des boîtiers de commande permettent de connaître précisément la température de l’eau. “Pas de panne en 4 ans, il suffit de surveiller le fonctionnement, de vider le cendrier une fois par semaine, charger le silo tous les 20 à 40 jours et prévoir un entretien annuel”. Pour les deux associés, outre une économie, “l’installation apporte un véritable confort dans le travail et dans la maison”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité