Aller au contenu principal

Agence Bio
Le Calvados bio montre ses initiatives

Les agriculteurs biologiques préparent le printemps du Bio qui dénute le 1er juin prochain.

Patricia Bouffard et Benoît Lacroix, deux des gérants des “Fermiers Bio d’Isigny”. Les producteurs bio s’occupent de tout. “De la fourche à la fourchette”.
Patricia Bouffard et Benoît Lacroix, deux des gérants des “Fermiers Bio d’Isigny”. Les producteurs bio s’occupent de tout. “De la fourche à la fourchette”.
© V.M
Témoigner des motivations et techniques des hommes et des femmes qui travaillent en respectant l’environnement, les animaux et les cycles de la nature. Tel était l’objectif de cette journée organisée par l’agence Bio. En partenariat avec le Groupement Régional d’Agriculture Biologique, elle a souhaité montrer diverses initiatives liées au Bio. Parmi les visites proposées : Jean René Pitrou producteur de cidre et de Calvados à Fierville Bray, ou visite d’un atelier de boulangerie bio à Caen. Autre présentation, celle de l’association des producteurs laitiers des “fermiers bio d’Isigny”. L’occasion pour Benoît Lacroix et Patricia Bouffard de faire le point sur cette initiative. Un an d’activité pour la SARL des producteurs de lait bio Douze producteurs font transformer leur production par la coopérative d’Isigny. Camembert, lait, crème fraîche ou fromage blanc, tout y est fabriqué. L’investissement s’est limité à l’achat d’une chambre froide et d’un véhicule frigorifique. Dans cette démarche, pas de commercial ni de marketing : “notre argument de vente, c’est que nous proposons nos produits”. Les agriculteurs assurent donc eux-mêmes toutes les démarches de la commercialisation. Ils ont appris à s’adapter aux exigences de la grande distribution. “Un obstacle a été la logistique, à savoir les horaires de livraisons dans les magasins” détaille Patricia Bouffard, une gérante. L’an passé, l’association a vendu l’équivalent de 100 000 litres de lait en produits transformés. En 2006, ils espèrent atteindre les 400 000 litres. “Peu à peu, nous nous faisons connaître à travers les commerçants de la région. Et 90 % des grandes et moyennes surfaces contactées ont essayé nos produits. Ils ont besoin d'aliments en direct avec les producteurs. 90 % d’entre-eux ont continué à s’approvisionner en volumes réguliers. Nous touchons également les groupements de consommateurs et les collectivités par le réseau bio” explique Benoît Lacroix, l’un des gérants.Beaucoup de travail mais peu d’argent Si le chiffre d'affaires a été multiplié par quatre, la rentabilité reste difficile à trouver pour les intervenants de cette mini filière. La coopérative ne réalise aucune marge et vend sa production au prix coûtant. “Le lait bio a tendance à augmenter mais pour l’instant nous ne savons pas trop où nous allons. En vendant plus, nous rentabiliserons davantage le poids de la transformation industrielle” résume Benoît Lacroix. V.MLe bio en France - Un Français sur deux a consommé un produit bio une fois par mois en 2005. Ils étaient 37 % en 2003. - 92 % des consommateurs connaissent le logo AB. - 11 042 exploitations sont certifiées bio. - Les fruits et légumes et les œufs sont les produits bio les plus vendus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité