Aller au contenu principal

Le CCC (Club des Cochonniers qui Cogitent) recrute

Le CCC (Club des Cochonniers qui Cogitent) est une association type loi 1901 dont l’objet est de promouvoir la formation des éleveurs de porcs. Elle recrute.

L’idée de créer l’association est née dans une porcherie à l’occasion d’une réunion.
L’idée de créer l’association est née dans une porcherie à l’occasion d’une réunion.
© TG

Cela pourrait sembler être une blague mais c’est bien au contraire tout ce qu’il y a de plus sérieux. Le CCC vient de déposer ses statuts en bonne et due forme et s’est dotée d’un président, Marc Simoën, producteur de porcs à Ste-Céronne-les-Mortagne (Orne).

Suite à un départ non remplacé
L’idée a germé après le départ du référent “porc” mutualisé entre les 5 Chambres d’agriculture de Normandie. Un départ non remplacé et des éleveurs, principalement du Perche et du Bocage ornais, orphelins de rendez-vous techniques. Bien sûr, les techniciens des groupements de producteurs sont tout à fait compétents et maillent le territoire mais certains cochonniers veulent cultiver leur esprit d’indépendance vis-à-vis d’un schéma de production, échanger leur GTE (Gestion Technico Economique) toutes chapelles confondues. C’est dans cet état d’esprit qu’est né le CCC. 

Ouvert à tous
Cette association a pour objet de promouvoir la formation des éleveurs de porcs en  favorisant l'échange d'informations entre eux   et en apportant des connaissances techniques et économiques par des professionnels de la filière porcine. En mettant enfin à disposition des moyens matériels pour améliorer leurs résultats (mesures, contrôles ... ). Elle est ouverte à tous les éleveurs normands, voire sarthois, de porcs, sans condition ni distinction.
Le montant de la cotisation a été fixé à 250 e/an mais sera inversement proportionnel au nombre d’adhérents. “Notre objectif est d’atteindre une vingtaine de membres. La dynamique porcine existe toujours en Normandie mais il faut l’entretenir pour assurer le renouvellement des générations car beaucoup d’éleveurs ont dépassé la cinquantaine. Nous nous sommes pris en main”, insiste Marc Simoën. Avis aux amateurs.

En savoir plus
06 81 50 35 15

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité