Aller au contenu principal

Equipement
Le chantier d'ensilage de 2020 déjà en démo

Des ensileuses de 1 000 cv (voire plus) qui avalent leurs 12 rangs dans tous les sens. Des remorques autochargeuses 3 essieux de 50, 60, 70 (...) m3. Des engins de tassage articulés issus du monde du TP (Travaux Publics)... Le chantier d'ensilage de 2020 battra tous les records de puissance et de capacité. Petit détour dans le bocage ornais au coeur d'un chantier qui avait 10 ans d'avance. C'était le 27 octobre dernier.

Qualifiera-t-on encore en 2020 la journée d'ensilage de "corvée" ? On peut se poser la question car la tendance aujourd'hui c'est : "top départ juste après la traite du matin avec un clap de fin, couverture du silo comprise, juste avant la traite du soir," confirme-t-on du côté des entrepreneurs de travaux agricoles de Basse-Normandie. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'entreprise Belliard (Cormolain-14 et Soulles-50) a dès l'an dernier investi dans une Krone Big X 1 000 (voir Agriculteur Normand du 13 novembre 2008 ainsi que la vidéo d'un chantier sur www.agriculteur-normand.com).

L'ensileuse de 500 cv monnaie courante
Une évolution qui fait le bonheur du fabricant Krone, le premier à s'être lancé dans la très haute puissance. "Même si le marché 2009 de l'ensileuse est baissier, l'évolution en terme de puissance est fortement marquée, abondent Sylvain Jonot et Dominique Huard (respectivement directeur des ventes et responsable commercial Krone). L'ensileuse de 500 cv et plus devient monnaie courante".
Avec plus de 60 ensileuses commercialisées sur son territoire depuis que Krone a posé son bec dans les champs de maïs, Michel Bellamy (concessionnaire à St-Clair-sur-Elle -50), confirme.  "2009 marque le pas. L'année devrait se solder par une dizaine de réalisations contre une quarantaine au titre des deux campagnes précédentes". Rien d'affolant cependant pour un produit et une technologie qui ont séduit le public des ETA et des CUMA. "D'autant plus que, contrairement à certaines idées reçues, nos machines sont à l'aise dans tous types de parcellaire. Maniables même en parcellaire morcelé avec un débit de chantier impressionnant et une qualité de hachage irréprochable".
Mais avec un débit de chantier de 5 ha à l'heure, la logistique aval doit suivre. Mardi 27 octobre dans l'Orne, on a vu se profiler une autre tendance : celle des remorques auto-chargeuses au service du maïs. Auto-chargeuses conçues pour l'herbe qui, sous certaines conditions d'adaptation notamment au niveau du châssis (le maïs affichant un poids volumique plus important que l'herbe), remplaceront à terme plusieurs bennes dans les chantiers. Une réponse aussi à un manque de main-d'oeuvre dans les ETA, les CUMA et les exploitations d'élevage.

Le TP au service de l'agriculture
Dernière étape de cette journée ensilage des années 2020 : le silo. Aujourd'hui, on aperçoit ici ou là des chantiers de tassage à deux silos en simultané faisant appel à 4 tracteurs (ou téléscopic) pousseurs et tasseurs. Demain, c'est le chargeur articulé de TP (Travaux Publics) dans sa version agricole qui pourrait s'inviter dans les exploitations.
Les Ets Blanchard, en collaboration avec le fabricant New Holland, terminent une tournée de démonstrations démarrée en début de campagne. "L'accueil est très favorable, assure Benjamin Marqué (démonstrateur Blanchard). Le travail sur rampe, comme celui réalisé pour la confection d'un silo de maïs, sollicite énormément les transmissions. Celles du W 170, conçues pour travailler en carrière, sont parfaitement adaptées".Bernard d'Angelo (responsable régions Nord, Est et Ouest chez New Holland) complète l'argumentation : "une puissance hydraulique 3 fois supérieure à celle d'un tracteur avec une consommation moindre (12 à 15 litres par heure) et un poids total avoisinant les 15 t".
Reste que pour trouver son public et sa clientèle (principalement des entrepreneurs), le chargeur articulé devra faire preuve de polyvalence pour enchaîner les heures au-delà des seuls chantiers d'ensilage. Benjamin Marqué et Bernard d'Angelo affutent leurs réponses : "chantier fumier, terrassement, chargement de paille ou foin..."Ce n'est apparemment pas les occasions qui manqueront pour cumuler plusieurs centaines d'heures à la fin de l'année. Il suffira alors aux chauffeurs des ETA de consacrer un peu de temps pour prendre en main la conduite d'un engin articulé. Rien de rédhibitoire dans ce passage obligé !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité