Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cidre
Le cidre d’automne sublime les saveurs d’octobre

Les 5 et 7 novembre derniers, le cidre d’Automne a fait son marché. L’Ardec a organisé des dégustations. Histoire de prouver que ce jeune cidre se marie parfaitement avec les saveurs d’automne. Avec cette opération, la tradition légitime le marketing.

Dimanche matin 11 heures. Crachin normand et brise sont au rendez-vous. Une odeur de chataîgnes grillées parcourt le marché Saint-Pierre de Caen. Sur le port, des badauds guidés par leur nez découvrent le cidre d’Automne. L’Ardec* a choisi de l’accompagner de chataîgnes pour ses dégustations. A défaut de faire chavirer les coeurs, le breuvage se marie aux saveurs d’Automne dans l’esprit du public.

Un cahier des charges simple pour de multiples saveurs
Le cidre d’Automne fête ses deux ans. Décliné sous la forme d’une marque collective, le cahier des charges est assez simple : un cidre réalisé avec 80 % de pommes de la récolte de l’année, avec moins de 2,5 % d’alcool. L’Unicid** propose cette opération à une période de l’année où la commercialisation est au creux de la vague. “Entre l’été et les fêtes du début d’année, les cidres se vendent un peu moins bien. Cette promotion collective est une réponse”, précise Arnaud Ddier, l’œnologue de l’Ardec.

Trois marques normandes participent
Cette année, trois cidriers ont tenté l’aventure. Ecusson, la cidrerie Viard et la cidrerie de la Pommeraie ont produit ce cidre fruité et naturellement sucré. “Faiblement alcoolisé, il donne des accords intéressants avec des veloutés de choufleur ou de potiron”, insiste Arnaud Didier.
Ce cidre d’automne s’appuie sur la tradition des cidres nouveaux. Et ce n’est pas nouveau ! “Les plus anciens se souviennent des dégustations du cidre à la sortie de la presse. On le buvait en mangeant des chataîgnes grillées. On a reproduit cette vieille habitude sur le marché Saint-Sauveur vendredi et Saint-Pierre dimanche. Cette opération marketing est légitimée par la tradition”.


*Association Régionale de Développement de l’Economie Cidricole.
**Union Interprofessionnelle Cidricole.

Opération nationale

 

Le cidre d’automne est une démarche nationale. Sets de table et sous bocs ont été imprimés pour les crêperies. Les fabricants disposent également de box à destination des grandes surfaces et de collerettes à disposer sur leurs bouteilles. Et sur chacune de ces collerettes, le consommateur trouvera une recette s’associant parfaitement à son cidre d’automne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité