Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le CoFarming ou l’art de renforcer le travailler ensemble !

L’arrivée massive des nouvelles technologies dans les exploitations agricoles est en passe de modifier de façon profonde les pratiques agricoles. De nombreux projets visant à améliorer l’agriculture de demain fleurissent désormais grâce à l’émergence de nouvelles startup du numérique. Des agriculteurs s’en saisissent et se lancent dans la génération de nouveaux services rendus en alliant numérique et digital grâce au CoFarming. Une nouveauté que vous pourrez découvrir le 13 juin prochain ! Explications.

© CA

Numérique et intelligence collective !
Le CoFarming fait partie de ces nouveaux projets émergents qui allient nouvelles technologies et économie collaborative. Son principe repose sur une économie solidaire appliquée au domaine de l’agriculture. Il regroupe les acteurs économiques qui proposent aux agriculteurs et aux organisations agricoles d’échanger des biens, des services ou encore des connaissances grâce à la mise en place d’un réseau dédié. Ce réseau est accessible à partir de plateformes collaboratives sur internet. Que ce soit pour mutualiser du matériel, échanger des parcelles de terrain ou encore partager sur les techniques et avancées agricoles, ces plateformes permettent aux agriculteurs de réduire leurs charges, de limiter l’endettement et d’optimiser leurs exploitations.
Le CoFarming repose sur plusieurs principes majeurs comme la création d’un réseau d’agriculteurs connectés sur des plateformes collaboratives, la transparence des plateformes collaboratives envers les agriculteurs et l’optimisation des investissements et de l’exploitation pour tous les acteurs agricoles. Le but est de ramener de la valeur dans les exploitations.  
Le phénomène d’entraide entre les agriculteurs n’a rien de nouveau. C’est le développement d’Internet qui leur a permis de prendre contact sur de plus grandes distances et d’imaginer de nouveaux services, y compris hors du champ agricole.


Récréer du lien…
Le Cofarming regroupe différentes plateformes couvrant l’ensemble de la filière agricole, du producteur au consommateur. Le principe reste toutefois le même : le partage. Par exemple, avec la plateforme wefarmup.com, il devient possible de partager/louer, son ou du matériel, parmi près de 8000 matériels disponibles à la location près de chez soi. Facile aussi de commander une prestation avec du matériel et un chauffeur en un clic ou encore d’investir en divisant par 2 votre projet d’investissement en rencontrant un agriculteur qui a le même projet que vous !

Autre plateforme accessible pour échanger ses parcelles :
www.echangeparcelle.fr. Ce service « d’échange responsable » est gratuit, de l’inscription jusqu’à la prise de contact avec l’agriculteur intéressé par l’échange proposé. Il fonctionne de manière assez simple : l’agriculteur s’inscrit et crée son annonce en positionnant sur une carte l’emplacement de son exploitation ainsi que la parcelle qu’il souhaite échanger. La plateforme web analyse les données et les recoupe avec les autres annonces du secteur en fonction des critères que l’agriculteur a renseignés. Ce dernier reçoit ensuite des propositions d’échanges par mail et peut obtenir les informations sur la ou les parcelle(s) et les coordonnées de l’autre agriculteur qui souhaite également faire un échange.
De nombreuses plateformes sont ainsi disponibles avec toujours le même principe basé sur l’échange : de services avec Agri-Echange ou encore de vente de votre foin ou votre paille en ligne avec laballeronde.fr.   Avec la création de ces différentes plateformes,  un véritable réseau composé d’agriculteurs motivés par le « faire ensemble » se crée.

…aussi avec la société
Mais le Cofarming, c’est aussi des services rendus à la société. La plateforme agrikolis.com, accessible à tout le monde,  crée un relais de proximité chez les agriculteurs pour produits lourds et volumineux et livraison à domicile. Ce service, en milieu rural, offre la possibilité de retirer des produits dans un relais proche de son domicile, à des horaires adaptés à ses contraintes,  en favorisant les circuits courts de distribution et réduisant l’impact environnemental des livraisons. Quoi de mieux pour retisser les liens d’un tissus économique rural actif !
« Le CoFarming ou l’agriculture en réseau, se veut accélérateur du « faire ensemble » en rendant visible l’invisible dans nos fermes ! » (Association Cofarming). Quelques-uns des membres de l’association Cofarming seront présents, sur le village Stratégie ainsi que lors du débat, aux Prairiales. Alors venez  échanger avec eux !

Programme du 13 juin

Quatre villages pour quatre thèmes
• Le village Climat
Quelle adaptation de la production des fourrages aux changements climatiques ?
• Le village Technologie
Quels outils et les équipements pour les élevages de demain ?
• Le village Animal
Santé, génomique et bien-être animal
• Le village Stratégie
Quelles adaptations stratégiques des exploitations face aux multiples changements ?

Et un grand débat sur le thème Elevage et société
Et si les attentes de la société devenaient une force pour l’élevage ?

www.prairiales-normandie.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité