Aller au contenu principal

En direct de la chambre d’agriculture de la Manche
Le compostage de déchets verts et d’effluents d’élevage

La pratique du co-compostage, c'est-à-dire le compostage de déchets verts et d’effluents d’élevage, est en développement. Pour les collectivités, il s’agit de trouver un débouché local et moins coûteux aux déchets verts dont la quantité récoltée augmente en continu ; pour les agriculteurs, il peut s’agir d’une diversification, d’une action citoyenne ou d’une opportunité pour fabriquer du compost si les effluents de l’exploitation ne le permettent pas.

Le processus du co-compostage
C’est le même que celui du compostage, avec une complémentarité entre l’effluent (source d’azote) et le déchet vert (source de carbone) (Schéma).
Il y a d’abord une phase de fermentation active, avec une hausse de température, puis une phase de maturation qui aboutit à la formation de matières organiques stabilisées.

Collectivités et agriculteurs y trouvent leur intérêt
Pour la collectivité, il y a différents intérêts : économique (coût de revient en général moins élevé), d’organisation (moins de stockage nécessaire en déchetterie) et environnemental (moins de transport car la valorisation est locale).
Pour l’agriculteur, c’est une opportunité pour donner une image positive et citoyenne. Cela peut également apporter un complément de revenu (en assurant une prestation de service pour la collectivité). D’un point de vue pratique, les déchets verts permettent de composter des effluents trop humides pour composter seuls, comme du fumier mou ou du lisier. On retrouve également les avantages du compost, avec notamment des distances d’épandage réduites, un produit hygiénisé et désodorisé.
D’un point de vue agronomique, le compost apporte une fumure de fond en potasse et phosphore. Par ailleurs, les déchets verts sont en général riches en calcium (19 kg/tonne de produit*), ce qui est intéressant en sol acide (effet “chaulage”). Par contre, l’apport d’azote est faible car il est principalement sous forme organique et n’est pas assimilable par les plantes. Exemple d’un compost de fumier et déchets verts*: apport de 10 kg d’azote par tonne de produit, dont 8 kg sous forme organique.
Attention à la qualité des déchets verts
Les contraintes sont principalement liées à la qualité des déchets verts qui doivent contenir le moins possible “d’indésirables” : plastiques, ferrailles…
En cas d’ajout de liquide, il y a obligation de réaliser le compost sur une plate-forme avec récupération des jus.La réalisation pratique
Les proportions sont à adapter en fonction des produits de départ. Pour un compost de fumier et déchets verts, on peut partir sur des poids équivalents.
Lors de la réalisation des andains, intercaler les bennes de déchets verts et celles de fumier, ou faire deux andains côte à côte et relever l’andain de fumier sur celui de déchets verts.
2 à 3 retournements sont nécessaires, la durée totale de compostage est plus longue que pour du fumier seul : compter 4 à 6 mois (au lieu de 2 à 3 mois).
D’un point de vue réglementaire, l’unité de compostage est considérée comme une annexe des bâtiments (pour les exploitations soumises à déclaration ou autorisation) si le compost est produit à partir de déchets verts et des effluents de l’exploitation.
Nathalie POISSON
Chambre d'Agriculture de la Manche


npoisson@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr
* source : valorisation agronomique des effluents d’élevage et guide d’utilisation des matières organiques de Basse-Normandie. Juin 2006. Chambre d’agriculture de Normandie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité