Aller au contenu principal

FDSEA de l'Orne
Le contrat Diester Industrie ne fait pas le plein

La section “Végétales” de la FDSEA a invité, mercredi dernier, Grégoire Dublineau (directeur de la FOP) à ses travaux. Au menu : bilan de la manifestation du 27 avril, conjoncture et marchés, accord interprofessionnel sur la contractualisation des graines oléagineuses. 

En invitant Grégoire Dublineau, directeur de la FOP (Fédération Oléagineux et Protéagineux qui regroupe 100 000 producteurs français), Jean-Pierre Prévost (président de la section “Végétales” de la FDSEA) souhaitait faire notamment le point sur le dossier contractualisation Diester Industrie. Constat : alors que les OS (Organisme Stockeur) avaient jusqu’à ce mardi 15 juin pour déclarer leurs contrats, l’objectif des 650 000 ha sera loin d’être atteint. Du côté de certains céréaliers ornais, on s’interroge : “les OS ont-ils joué le jeu?”

Les acquis de la manifestation du 27 avril
Le contexte dans lequel évolue l’agriculture a fortement changé. Il faut désormais s’habituer à vivre avec une politique agricole où il sera moins question d’aides que de prix. Le bilan de santé a démantelé en grande partie des outils de régulation. La manifestation des producteurs grandes cultures du 27 avril dernier à Paris, pour laquelle les ornais ont assumé leur part d’engagement, a souligné la gravité de la situation. Les pouvoirs publics ont été alertés et quelques menus acquis ont déjà été engrangés (autorisation des camions à 44 t, rétropédalage gouvernemental sur des questions environnementales...). Il importe désormais de dépasser tous les tiraillements entre productions et de travailler ensemble pour proposer une feuille de route pour 2013 car on peut craindre que la PAC ne soit plus une priorité européenne. Pour l’instant, seule la garantie d’un budget jusqu’en 2013 existe. Mais autour de la table européenne, ce sont 27 pays qui auront à discuter de budgets non extensibles.

Contractualisation et valeur ajoutée
Une de nos priorités, c’est de mettre l’accent sur l’organisation économique des producteurs et sur la contractualisation pour capter la valeur ajoutée, a insisté Grégoire Dublineau. Pour cela, la FOP a travaillé à l’établissement d’un accord-cadre de nature interprofessionnelle pour le biodiesel français”. Avec le bilan de santé, l’aide aux cultures énergétiques (ACE) a été supprimée pour 2010.  Celle-ci avait pourtant l’avantage de passer par la contractualisation et d’assurer un volume pour la filière. La FOP souhaite “une démarche gagnant/gagnant entre producteurs, OS et industriels”. Il s’agit de créer une nouvelle relation entre collecteurs et industriels mais aussi d’offrir aux agriculteurs la possibilité d’entrer dans une démarche pluriannuelle. C’est aussi assurer un filet de sécurité pour l’exploitant sur une partie de sa production.
Cet accord, qui s’est mis en place progressivement, avait pour objectif d’atteindre les 650 000 ha contractualisés. On en serait à moins de 50 %. On s’est étonné, mercredi à Alençon, de cette faible mobilisation pour un accord dans lequel Diester Industrie s’engageait à verser aux OS un acompte au moins égal à 95 % de la moyenne MATIF ajustable en fonction du marché du colza alimentaire. Rémunération à laquelle s’ajoute une prime de contractualisation. Parallèlement, le producteur s’engage sur le tiers de sa surface en oléagineux sur 3 ans. Une prime spécifique supplémentaire de 10 e/t se rajoute à son prix colza diester. “Participer, c’est soutenir la filière, considèrent les responsables. Il ne peut y avoir de réussite individuelle durable en agriculture sans réussite collective. Face à des groupes pétroliers puissants, notre organisation interprofessionnelle a tout son sens,” a rebondi Grégoire Dublineau. Reste que les dés 2010 sont désormais lancés.

Xavier Beulin (président de la FOP)
“Ce débouché énergétique est essentiel pour l’huile car il est complémentaire du débouché alimentaire qui est totalement satisfait et renforce les débouchés tourteaux et chimie du végétal. Or, le prix de la graine est bien le fruit de plusieurs valorisations. De plus, cet accord permet aussi d’inscrire notre activité dans la démarche de progrès et de répondre ainsi aux attentes sociétales en matière de développement durable tout en confortant le rôle stratégique du colza et du tournesol en lieu et place du palme et du soja”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité