Aller au contenu principal

Michel Sady Directeur du Contrôle laitier du Calvados
Le Contrôle laitier fait des bulles

La bande dessinée “Campagne laitière” raconte les aventures de Julien, technicien de Contrôle laitier.

Michel Sady est membre de la commission communication de France Contrôle laitier. Il a participé à l'élaboration de la bande dessinée.

 

Quel est l’objectif de cette bande dessinée ?

C’est un produit France Contrôle Laitier. L’idée était de faire notre promotion avec un média différent. Nous avons peut-être parfois une image un peu ringarde : celle du Contrôleur laitier classique, presque du peseur, alors que nous avons un métier de relation avec les éleveurs. Nous bougeons beaucoup. La technologie a un impact fort sur notre métier. Nous voulions le montrer. A travers une BD, on fait reconnaître notre métier. On y ajoute une dose humoristique pour prendre notre métier au second degré. Nous avons eu un très bon contact avec le scénariste.

 

Parmi les personnages, on observe trois profils d’agriculteurs très divers. Quel est le message ?

On montre notre volonté de travailler avec tous les agriculteurs. Ils ont chacun leurs qualités. Bien sûr dans la BD, ils sont caricaturés. Il y a Régis, l’expérimenté traditionnel passionné de nouvelles technologies qui a repris la ferme familiale et préside sa Cuma. Nous avons aussi Alexandra, l’hyper-intensive. Elle est plus individualiste et voit surtout son intérêt. Enfin, on trouve Patrice. Cet éleveur caprin est un doux rêveur. A chaque fois, il s’agit d’une caricature. On montre comment le Contrôle laitier s’adapte dans toutes ces situations.

 

Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé est-elle réellement purement fortuite ? Y-a-t-il une part de vérité ?

Pour toutes les histoires de cette BD, il y a un fond de vérité. Ces événements sont arrivés, même si on les habille et on les caricature.

 

Sur la première page, on voit quand même le technicien de Contrôle laitier qui donne le biberon à un bébé en l’absence de son père, l’agriculteur…

Dans le Calvados, nous avons eu une jeune technicienne nommée sur un secteur pour remplacer un départ en retraite. Elle est arrivée dans un élevage, où les éleveurs lui ont confié les dossiers. Ils lui ont aussi demandé de jeter un œil sur la grand-mère qui regardait la télé. L’habitude avait été prise avec l’ancien contrôleur. Quand il venait, il gardait aussi la grand-mère pendant deux heures. Nous avons donc repris cette histoire avec l’angle de la jeunesse et du bébé. Un technicien de Contrôle laitier va chez les gens. Il rentre forcément dans une certaine intimité. Ce n’est pas toujours facile. Sur une exploitation, les premiers mots du technicien sont souvent pour la famille. Il y a un lien fort entre l’agriculteur et le technicien. Des amitiés se créent et on constate parfois des blocages. Nous ne pouvons pas faire de conseil si nous ne prenons pas en compte cette dimension humaine. Nous avons encore des anecdotes pour un second tome.

 

Comment cette bande dessinée est-elle diffusée ?

Elle est vendue aux Contrôles laitiers à prix coûtant. Ils font ensuite ce qu’ils veulent. Dans le Calvados, nous la diffusons auprès du personnel, des membres du conseil d’administration et à nos partenaires.

 

Propos recueillis par V. Motin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité