Aller au contenu principal
Font Size

Investissement
Le coupeur abatteur : assurer la pérennité des haies et se faciliter la vie !

La CUMA départementale Calvados Innovation a fait l’acquisition d’un coupeur abatteur et propose, depuis décembre 2010, une activité d’abattage mécanisé.

Un investissement “solidaire et performant” qui, au côté du matériel de déchiquetage, vient renforcer les possibilités de valorisation de la haie (plaquettes ou paillage). Précurseur dans ce domaine, la CUMA répond ainsi à différents objectifs : diminuer la pénibilité et le danger lié à l’abattage manuel, réduire les coûts de chantier et de main d’œuvre, et diminuer sensiblement le temps de travail.

Un sécateur géant

La tête d’abattage est un sécateur avec deux lames qui pivotent l’une vers l’autre pour se refermer sur le bois et le sectionner. Grâce au grappin, le bois est saisi et serré, puis coupé et mis en tas. Le poids de la tête étant conséquent (1.8 t), le choix s’est porté sur une pelle à chenille de 20 t, assurant une grande stabilité, une motricité sans égal, et une capacité hydraulique importante. La portée de 9 m, permet de pouvoir réaliser un vaste panel de chantiers. L’outil intervient ainsi facilement en conditions bocagères.

Sans les mains … ou presque !

Ce type de matériel dispose d’une capacité de coupe de 40 cm (diamètre du bois). Il privilégie la coupe de sujets uniques (y compris les têtards), bien que l’utilisation soit possible en cépée de petites branches, et en taillis. Cependant en dessous de 20 cm, le bois risque de partir vers l’avant lorsque les lames se referment. Par ailleurs dans le cas de cépée, le groupeur aura tendance à saisir un amas de branches trop volumineux, alors même que la capacité de coupe est limitée. Le chauffeur préfèrera alors réaliser une coupe plus à hauteur et laisser le soin à l’adhérent de repasser avec une tronçonneuse.

Le coupeur abatteur en chiffre

- Débit de chantier : entre 80 m à 120 m linéaire par heure selon les conditions de terrain, l’essence et le type de bois.

- Coût : 170 €/heure, auxquels s’ajoutent 50 € de frais de déplacement (fixes).

- Capacité de coupe : 40 cm, peu adapté en deça de 20 cm.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité