Aller au contenu principal

Réseau d’élevage bas-normand
Le coût alimentaire : 2/3 des charges opérationnelles

La maîtrise du coût alimentaire, dans les systèmes suivis par le réseau lait bas-normand, sur 2006/2007, reste d'actualité. C'est une bonne gestion des postes aliments du bétail et surface fourragère qui permet d'observer dans le réseau un coût alimentaire de 70 € à 90 € selon les systèmes d'exploitation.

Le coût alimentaire est la somme des deux composantes que sont la surface fourragère (SFP) et l'aliment du bétail (concentrés achetés et produits, poudre de lait, fourrages achetés).
Le coût alimentaire de l'atelier lait représente en moyenne les 2/3 des charges opérationnelles. La maîtrise du coût alimentaire nécessite qu'on s'y intéresse.
Pour une approche optimale, le calcul de ce coût doit être rigoureux. La pertinence du résultat dépend de l’estimation des surfaces et concentrés réellement consommés par l’atelier laitier, surtout lorsqu’il y a présence d’autres activités animales utilisant la surface fourragère (bœufs, vaches allaitantes, jeunes bovins, etc.).
Une fois isolé l'atelier lait, le calcul du coût alimentaire va permettre de comparer les résultats de l'exploitation à des objectifs. Ces objectifs, établis par l'équipe du réseau d'élevage de Basse-Normandie, varient selon la proportion de maïs composant le système fourrager (graphique 1).

Un coût alimentaire qui augmente
Par rapport à la campagne précédente, le coût alimentaire augmente, en moyenne, de 6 %, sous l'effet d'une hausse de 8 % du poste concentrés. Pour la quarantaine d'exploitations (clôtures allant jusqu'au 30/04/2007) suivies dans le cadre du réseau lait bas-normand, le coût alimentaire de l'atelier laitier des systèmes analysés (graphique 2) est compris entre 70 € et 93 € pour 1 000 litres produits.
En systèmes herbagers, on observe une conduite plus économe et un coût de 70 €/1 000 l dont les 2/3 sont liés au poste concentrés.
Pour les systèmes avec maïs ensilage, le coût alimentaire progresse parallèlement avec la proportion de maïs ensilage dans la SFP. Dans ces systèmes, c'est bien la composante “surface fourragère” qui augmente et non le coût des concentrés proprement dit. Ainsi avec moins de 20 % de maïs ensilage dans la SFP, le coût de la surface fourragère représente 53 % du coût alimentaire. A l'opposé, avec plus de 35 %, la surface fourragère s'élève à 60 % du coût alimentaire (bien visible sur le graphique 2).
Pour la campagne en cours (clôture printemps 2008), avec l'explosion du cours des céréales et des concentrés, une projection du coût alimentaire de ces exploitations, laisse apparaître une augmentation d'environ 20 €, soit près de 25% de hausse sur ce poste. Cette hausse est d'autant plus importante pour les herbagers, pour lesquels le poste “concentrés” est la composante majeure du coût alimentaire.
Viviane SIMONIN
Chambre d'Agriculture
de la Manche

Pour écrire à l'auteur

vsimonin@manche.chambagri.fr

Pour en savoir plus

www.manche.chambagri.fr

A lire
Pour mieux appréhender ce coût alimentaire à l'échelle de votre exploitation, le document “Coût alimentaire de l'atelier lait : objectif sous la barre des 90 € /1 000 litres !” vous propose des repères variables selon votre système fourrager.
Guide disponible sur le site de la Chambre d'agriculture (rubrique élevage / réseaux lait et viande).Calcul
Le coût alimentaire est calculé pour l’atelier lait : vaches et génisses de renou-vellement. Il est exprimé en € pour 1 000 litres produits : lait vendu laiterie, lait cédé aux veaux et lait autoconsommé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité