Aller au contenu principal

RTE
Le début de la THT en ligne de mire

Le chantier de la ligne Très Haute Tension débutera en septembre prochain. Les accords écrits se finalisent entre les propriétaires et Réseau de Transport d’Electricité (RTE). Le syndicalisme agricole a joué son rôle.

En 2010, la consommation électrique de Basse-Normandie a augmenté de 4,4 %, avec 10 700 GWh. La hausse s’explique par un hiver particulièrement froid.
En 2010, la consommation électrique de Basse-Normandie a augmenté de 4,4 %, avec 10 700 GWh. La hausse s’explique par un hiver particulièrement froid.
© DR

Les 46 réunions communales se sont très, très bien passées. Nous avons présenté les futurs intervenants des chantiers aux riverains », tel est le jugement de Jean-Marc Perrin, lors du bilan réalisé par RTE la semaine dernière, à Caen. Le directeur de projet de la ligne Contentin-Maine se félicite des négociations réalisées. “Nous sommes entrés dans une phase concrète. Nous allons sur le terrain pour visualiser le futur tracé”. Le but : affiner le positionnement des pylônes. “Nous privilégions les limites parcellaires. Nous rencontrons également les exploitants pour connaître le plan d’assolement ou leurs projets. Dans certains cas, décaler un pylône de 10 mètres est possible, et peut-être important”.

4000 interlocuteurs
La ligne de 400 000 volts, longue de 163 kilomètres, comptera environ 350 pylônes, de 45 à 65 mètres de haut. Soit un pylône tous les 500 mètres en moyenne.
La tâche n’est pas mince. RTE a recensé environ 4 000 interlocuteurs sur le tracé. Entre les derniers irréductibles et les propriétaires inconnus, le transporteur d’électricité espère signer 80 % d’accords amiables. Six recours contre la déclaration d’utilité publique ont été transmis au Conseil d’Etat. RTE s’attarde davantage sur l’importance de la convention signée avec les représentants de la profession agricole. “Je pense qu’on peut dire que le monde agricole n’est pas perdant avec cet accord. Les indemnisations ne sont pas négligeables”, glisse Jean-Marc Perrin.

Le projet Cotentin-Maine coûtera 340 millions d’€
En 2010, RTE a investi 59 millions d’euros en Basse-Normandie. Ils atteindront 140 millions en 2011, puis 180 millions en 2012. Ces prévisions intègrent la construction de la ligne Très Haute Tension, dont la facture avoisine, à elle seule, les 340 millions d’euros.  Mais, le moratoire sur l’EPR envisagé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire ne freinera pas les travaux.  “EDF nous a donné 2014 comme échéance. Sans EPR à Flamanville, la ligne THT n’aurait sans doute pas vu le jour. Cependant, elle ne sera plus remise en cause. Notre métier est de transporter des électrons, qu’ils soient issus de l’éolien ou de l’hydraulique. La ligne Cotentin-Maine s’intègre dans notre maillage. Notre réseau est une mutualisation. La THT permettra de le faire respirer”, souligne Philippe Dumarquez, directeur RTE Normandie-Paris. Et les records de consommation électrique enregistrés l’an passé n’invitent pas à la réduction des lignes. Le pic historique date du 15 décembre dernier, avec 96 710 MW. Pour 2015 et 2020, RTE imagine même des pointes à 104 000 et 108 000 MW.

RTE et ERDF

 

RTE transporte l’électricité à haute et très haute tension, en reliant les producteurs (tels qu’EDF) avec les zones de consommation et en gérant les interconnexions avec les autres pays reliés à la France. RTE alimente directement environ 500 clients industriels ainsi que le réseau de la SNCF.
Pour alimenter les autres clients (particuliers, industriels, tertiaires…), cette électricité est transformée en une tension plus basse. Elle emprunte alors le réseau de distribution géré par ErDF ou par des entreprises locales de distribution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité