Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Equarrissage
Le département cotisera pour 500 000 euros

Le difficile dossier de l’équarrissage devrait réglé prochainement. Il en coûtera tout de même 500 000 euros au département pour les bovins dans le cadre de la cotisation obligatoire volontaire. Les éleveurs de chevaux, eux, ruent dans les brancards.

Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
© EC
Depuis quelques années, les difficultés avec les équarrisseurs refont surface régulièrement. Dernière affaire en date, les éleveurs de chevaux de la Manche, qui, à l’appel de la FDSEA doivent suspendre le paiement de factures reçues. “Les équarrisseurs demandent un paiement complètement disproportionné de 150 euros par animal adulte”. Dans un communiqué, la section cheval syndicale indique, “les éleveurs professionnels ne doivent surtout pas régler ces factures. Nous sommes dans l'attente d'un accord national sur la question de la prise en charge de ce service public. Nous réclamons par ailleurs une mutualisation des coûts de la collecte des animaux morts dans le cadre d'une structure unique”. Bovins Pour les bovins, Hervé Tesnière, directeur de l’identification (AIAM) explique le fonctionnement qui serait mis en place dès promulgation des textes en janvier prochain. “L’AIAM collecterait la Cotisation Volontaire Obligatoire (CV0) pour alimenter l’association ATM (animaux trouvés morts)”. Cette structure sera gérée par les interprofessions lait et viande. Pour le département, la facture globale des éleveurs s’éleverait pour 2009 à 500 000 euros environ. “La note envoyée à chaque agriculteur sera basée sur le nombre d’animaux présents dans l’exploitation l’année précédente et sur une unité bovins équarrissage (UBE) à 1,15 euros”. Pour la France, le pactole donné aux équarrisseurs, sous réserve d’accord des interprofessions, se monterait à 14 millions d’euros. “La Manche devrait être le plus gros cotisant en bovins”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité