Aller au contenu principal

Equarrissage
Le département cotisera pour 500 000 euros

Le difficile dossier de l’équarrissage devrait réglé prochainement. Il en coûtera tout de même 500 000 euros au département pour les bovins dans le cadre de la cotisation obligatoire volontaire. Les éleveurs de chevaux, eux, ruent dans les brancards.

Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
© EC
Depuis quelques années, les difficultés avec les équarrisseurs refont surface régulièrement. Dernière affaire en date, les éleveurs de chevaux de la Manche, qui, à l’appel de la FDSEA doivent suspendre le paiement de factures reçues. “Les équarrisseurs demandent un paiement complètement disproportionné de 150 euros par animal adulte”. Dans un communiqué, la section cheval syndicale indique, “les éleveurs professionnels ne doivent surtout pas régler ces factures. Nous sommes dans l'attente d'un accord national sur la question de la prise en charge de ce service public. Nous réclamons par ailleurs une mutualisation des coûts de la collecte des animaux morts dans le cadre d'une structure unique”. Bovins Pour les bovins, Hervé Tesnière, directeur de l’identification (AIAM) explique le fonctionnement qui serait mis en place dès promulgation des textes en janvier prochain. “L’AIAM collecterait la Cotisation Volontaire Obligatoire (CV0) pour alimenter l’association ATM (animaux trouvés morts)”. Cette structure sera gérée par les interprofessions lait et viande. Pour le département, la facture globale des éleveurs s’éleverait pour 2009 à 500 000 euros environ. “La note envoyée à chaque agriculteur sera basée sur le nombre d’animaux présents dans l’exploitation l’année précédente et sur une unité bovins équarrissage (UBE) à 1,15 euros”. Pour la France, le pactole donné aux équarrisseurs, sous réserve d’accord des interprofessions, se monterait à 14 millions d’euros. “La Manche devrait être le plus gros cotisant en bovins”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité