Aller au contenu principal

Equarrissage
Le département cotisera pour 500 000 euros

Le difficile dossier de l’équarrissage devrait réglé prochainement. Il en coûtera tout de même 500 000 euros au département pour les bovins dans le cadre de la cotisation obligatoire volontaire. Les éleveurs de chevaux, eux, ruent dans les brancards.

Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
© EC
Depuis quelques années, les difficultés avec les équarrisseurs refont surface régulièrement. Dernière affaire en date, les éleveurs de chevaux de la Manche, qui, à l’appel de la FDSEA doivent suspendre le paiement de factures reçues. “Les équarrisseurs demandent un paiement complètement disproportionné de 150 euros par animal adulte”. Dans un communiqué, la section cheval syndicale indique, “les éleveurs professionnels ne doivent surtout pas régler ces factures. Nous sommes dans l'attente d'un accord national sur la question de la prise en charge de ce service public. Nous réclamons par ailleurs une mutualisation des coûts de la collecte des animaux morts dans le cadre d'une structure unique”. Bovins Pour les bovins, Hervé Tesnière, directeur de l’identification (AIAM) explique le fonctionnement qui serait mis en place dès promulgation des textes en janvier prochain. “L’AIAM collecterait la Cotisation Volontaire Obligatoire (CV0) pour alimenter l’association ATM (animaux trouvés morts)”. Cette structure sera gérée par les interprofessions lait et viande. Pour le département, la facture globale des éleveurs s’éleverait pour 2009 à 500 000 euros environ. “La note envoyée à chaque agriculteur sera basée sur le nombre d’animaux présents dans l’exploitation l’année précédente et sur une unité bovins équarrissage (UBE) à 1,15 euros”. Pour la France, le pactole donné aux équarrisseurs, sous réserve d’accord des interprofessions, se monterait à 14 millions d’euros. “La Manche devrait être le plus gros cotisant en bovins”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Ensilage à l’ancienne : ça va taper de la goulotte dimanche 18 septembre 2022
Portée sur les fonts baptismaux en 2007 par une poignée de passionnés, la fête de l’ensilage (à l’ancienne) de Chaulieu aux…
Cocotte&Co - Osmanville
Clémence et Mathieu, éleveurs dans le Calvados, ne mettent pas tous leurs œufs dans le même panier
C’est lors d’une visite officielle de la Région Normandie, mardi 30 août 2022, que Clémence et Mathieu Cannevière, éleveurs à…
(EN IMAGES). Fête de l’ensilage (à l’ancienne) : Chaulieu cultive la réussite
Près de 4 500 personnes étaient à Chaulieu (50), capitale de l’ensilage, dimanche 18 septembre 2022. Matériels, public, soleil,…
Ouverture Chasse Orne
Chasse : ouverture dimanche 25 septembre 2022
La chasse ouvre dimanche 25 septembre 2022, dans l’Orne. Christophe de Balorre, président de la Fédération départementale, fait…
Foire de Lessay (Manche) : près de 450 animaux présents
Le Festival de l’élevage intégré dans la foire de Lessay depuis 1999 revient les 9, 10 et 11 septembre 2022. Une nouvelle fois,…
Vachement Caen
Vachement Caen : « la communication positive n’est pas nécessaire, elle est indispensable »
Questions à Jean-Yves Heurtin, président de la Chambre d’agriculture du Calvados. L'événement Vachement Caen a lieu le dimanche…
Publicité