Aller au contenu principal

Equarrissage
Le département cotisera pour 500 000 euros

Le difficile dossier de l’équarrissage devrait réglé prochainement. Il en coûtera tout de même 500 000 euros au département pour les bovins dans le cadre de la cotisation obligatoire volontaire. Les éleveurs de chevaux, eux, ruent dans les brancards.

Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
Si les interprofessions donnent leur accord, la facturation pour l’équarrissage démarrerait en janvier prochain.
© EC
Depuis quelques années, les difficultés avec les équarrisseurs refont surface régulièrement. Dernière affaire en date, les éleveurs de chevaux de la Manche, qui, à l’appel de la FDSEA doivent suspendre le paiement de factures reçues. “Les équarrisseurs demandent un paiement complètement disproportionné de 150 euros par animal adulte”. Dans un communiqué, la section cheval syndicale indique, “les éleveurs professionnels ne doivent surtout pas régler ces factures. Nous sommes dans l'attente d'un accord national sur la question de la prise en charge de ce service public. Nous réclamons par ailleurs une mutualisation des coûts de la collecte des animaux morts dans le cadre d'une structure unique”. Bovins Pour les bovins, Hervé Tesnière, directeur de l’identification (AIAM) explique le fonctionnement qui serait mis en place dès promulgation des textes en janvier prochain. “L’AIAM collecterait la Cotisation Volontaire Obligatoire (CV0) pour alimenter l’association ATM (animaux trouvés morts)”. Cette structure sera gérée par les interprofessions lait et viande. Pour le département, la facture globale des éleveurs s’éleverait pour 2009 à 500 000 euros environ. “La note envoyée à chaque agriculteur sera basée sur le nombre d’animaux présents dans l’exploitation l’année précédente et sur une unité bovins équarrissage (UBE) à 1,15 euros”. Pour la France, le pactole donné aux équarrisseurs, sous réserve d’accord des interprofessions, se monterait à 14 millions d’euros. “La Manche devrait être le plus gros cotisant en bovins”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité