Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le député Sébastien Leclerc auprès des agriculteurs

Jeudi 12 septembre, le député Sébastien Leclerc s’est rendu dans le magasin de produits locaux « Au cœur des près » à Cagny. Cette boutique est tenue par Pauline et Sébastien Gautard, agriculteurs à Saint-Germain-de-Montgommery.

© DR

Le 3 septembre dernier, le député de la 3e circonscription du Calvados, Sébastien Leclerc, s’est rendu dans l’exploitation de Sébastien Gautard, à Saint-Germain-de-Montgommery, au cœur du Pays d’Auge. L’exploitant a créé, avec son épouse, un magasin basé à Cagny pour y vendre ses produits, mais aussi ceux des exploitations voisines. Afin de compléter sa première visite, Sébastien Leclerc a visité la boutique « Au cœur des près », jeudi 12 septembre. « C’est important de venir sur le terrain pour observer les solutions que les agriculteurs mettent en place pour que leur activité soit rentable. Le magasin est de grande qualité, tout comme les produits proposés », félicite le député.

Charolaises, pommiers et poulets
En 1984, Didier et Carol Gautard, les parents de Sébastien, créent élevage de Charolaises et plantent des pommiers hautes tiges. Ils se lancent ensuite dans la transformation des pommes et produisent du cidre, du pommeau, du calvados, du jus de pommes, du poiré et du vinaigre. Un magasin de vente directe à la ferme permet aux clients de visiter la cave et déguster les produits. Puis en 2010, Sébastien rejoint l’exploitation familiale. Ils agrandissent le troupeau et passent à 90 vaches allaitantes.
« Nous avons commencé à faire des colis de viande de bœuf et de veau », détaille Sébastien Gautard. En 2016, Pauline, l’épouse de Sébastien, s’installe et une troisième activité est arrivée sur l’exploitation : l’élevage de poulets en label rouge. « Ma femme a toujours voulu tenir un commerce. Nous avions un projet de créer un magasin de produits locaux », explique-t-il.

500 références
L’an dernier, les exploitants repèrent des locaux à vendre à Cagny. « Nous voulions toucher les consommateurs au plus près. C’était la bonne occasion. » Le magasin se trouve sur la route départementale 613, qui relie Caen à Lisieux, soit 23 000 véhicules par jour. Seul hic : « il n’y a pas de point d’arrêt et les arbres aux abords de la route cachent un peu la boutique. Nous essayons de trouver une solution avec la commune », confie Sébastien Gautard. La boutique compte 500 références et travaille avec une quarantaine de producteurs locaux.
« Nous essayons d’avoir le maximum de produits pour que les clients puissent faire un repas complet à un coût plus que raisonnable avec uniquement des produits normands, c’est notre cheval de bataille. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité