Aller au contenu principal

Le dossier de l’eau, c’est l’affaire de tous

Au cours de cinq réunions publiques, Clotilde Hareau, présidente de l’association CAPTAGE est partie à la rencontre des agriculteurs concernés par les captage d’eau. L’objectif : apporter de l’information au plus près du terrain. Exemple à Lisieux.

© SB

Le 27 janvier dernier, autour de la table, se trouvait une vingtaine d’agriculteurs, tous en demande d’informations. Certains sont propriétaires ou exploitants de terres sur lesquelles se touvent des captages. D’autres ne sont pas concernés directement aujourd’hui ou ne savent pas trop ce qui les attend demain. « Je suis peut-être concerné, » concède l’un des participants.

Mener une action en justice
Par un périmètre immédiat, rapproché, éloigné, par un captage grenellisé, ou identifié lors de la conférence environnementale ? Peu le savent réellement. Pourtant les agriculteurs doivent en être informés. Alors « je vous invite tous à vous renseigner, conseille Clotilde Hareau. Et si on n’a pas eu l’information, comment doit-on faire”, s’interroge un agriculteur. C’est vers le syndicat d’eau qu’il faut se retourner pour demander l’arrêté. Un document qui comprend toutes les prérogatives, la durée de mise en conformité… Certains s’interrogent sur l’action à mener, et pourquoi pas aller en justice pour faire reconnaître l’absence d’informations. Sans aller jusque-là, la présidente oriente dans un premier temps les participants à discuter avec le responsable du syndicat d’eau et prendre connaissance de l’ensemble des documents liés au captage parce que « nul n’est censé ignorer la loi » en terme juridique. Si en général, il est accordé deux ans pour se mettre en conformité, à certains endroits comme à Vire, il en est autorisé cinq. Ensuite, la présidente met en garde sur les pénalités possibles. Ce qui est une aberration à ses yeux.

Grenellisé ou pas
« Pourquoi les gestionnaires ne sont pas là ?» demande un propriétaire. Selon lui, ils devraient être autour de la table pour mieux appréhender les difficultés que chaque agriculteur concerné rencontre. « Nous avons affaire à des communes ou des syndicats » rétorque la présidente. Des structures qui  confient l’affermage à une société selon un cahier des charges. En 2009, 2010, suite au Grenelle de l’environnement, dix captages dans le Calvados ont été désignés, ce qui représentent 22 000 ha soumis à un périmètre. À cela, s’ajouteront les seize nouveaux désignés lors de la Conférence environnementale. Là, les aires ne sont pas encore délimitées.

Donner votre avis
Concernant le SDAGE (Schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau), la vigilance est de mise. « C’est à partir de ce document de 875 pages que tout va se passer ». Après la directive nitrates, ce sont les phosphores et phosphates qui sont dans le collimateur des décideurs. Les données du bassin de la Touques ont été présentées pour mieux les appréhender. Ce SDAGE est en consultation jusqu’en juin 2015.
Un questionnaire a été transmis par la Chambre d’agriculture afin de recueillir les avis en proposant d’y adjoindre des commentaires. « Plus c’est argumenté, mieux c’est ». À vos crayons…  Au final, le problème de l’eau ne concerne pas que les agriculteurs. C’est l’affaire de tous. « On fait des périmètres pour ouvrir des parapluies » conclut Clotilde Hareau qui compte sur l’ensemble de la  profession pour continuer à se battre. Pour autant, autour de la table, les participants expliquent qu’il n’est pas facile de savoir ce qu’il faut faire au bon moment. L’association Captages prend donc tout son sens et son utilité dans cette bataille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité