Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le FAR prend une dimension normande

Interprofession : dans la perspective de la fusion des interprofessions bovines normandes qui prendra effet en 2016, les responsables haut-normands et bas-normands ont travaillé de concert pour harmoniser les règles d’intervention du FAR.



L’adhésion au fonds d’assainissement régional (FAR) est une question que les éleveurs ne se posent pratiquement plus. En effet, le rapport entre le montant de la cotisation et l’impact d’une perte pour saisie totale ou partielle est tel que l’intérêt des éleveurs n’est plus à démontrer.

Solidarité
Le FAR fonctionne comme une caisse de solidarité qui prend en charge les saisies ayant des causes identifiées mais aléatoires et non-décelables au départ de l’animal. Ces anomalies rendent la viande impropre à la consommation et entraînent la saisie partielle ou totale de la carcasse. La FAR couvre une série de causes de saisies dont la liste est arrêtée par l’interprofession. La majeure partie de ces causes ont trait à l’élevage d’origine. Seul le tiquetage musculaire (ex pupura) concerne aussi l’abattoir. Il résulte de cette répartition des causes de saisie une cotisation différente entre éleveurs et abatteurs
L’interprofession bovine a pour mission de fixer le montant des cotisations et de veiller à une bonne adéquation entre cotisations et prises en charge des saisies. La bonne gestion du fonds conduit à adopter une indemnisation spécifique pour les animaux de races Blondes d’Aquitaine et Parthenaises.


Le cas des Blondes d’Aquitaine
Pour une raison encore inexpliquée, les animaux de race Blonde d’Aquitaine et Parthenaise sont plus sensibles que les autres à la sarcosporidiose, motif de saisie qui a lui seul recouvre plus de 60% des indemnisations ! Or, ce sont les animaux les plus chers à la fois par le prix au kilo de viande et par leur poids moyen très élevé. L’indemnisation d’un animal d’une de ces races coûte donc nettement plus cher que pour les autres races. C’est la raison pour laquelle la cotisation pour ces animaux est fixée à un montant spécifique.

Montants ajustés
La fusion des interprofessions de Haute-Normandie et de Basse-Normandie va amener à la création d’une nouvelle structure Interbev Normandie. De fait, les règles du FAR sont harmonisées entre les deux régions à compter du 01/01/2016.  Parmi les nouveautés de ce toilettage, la myosite oedemateuse des jeunes bovins est désormais ajoutée à la liste des sinistres pouvant donner lieu à une indemnisation par le FAR au plus grand bénéfice des éleveurs de taurillons..
Les nouveaux montants de participation sont fixés par animal (à lire dans l’Agriculteur Normand).
L’évolution de ces montants est due à l’évolution du prix de la viande et au nombre de sinistres enregistrés. Elle est fixée pour tendre vers une égalité entre les participations encaissées et les indemnités versées. On ne manquera pas de souligner, une fois n’est pas coutume, qu’on assiste là à une baisse du montant des cotisations .

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité