Aller au contenu principal

EDT Normandie
Le GNR chagrine les entrepreneurs

Les entrepreneurs de travaux agricoles, forestiers et ruraux sont confrontés, au même titre que les agriculteurs, à la problématique GNR (Gasoil Non Routier) à compter du 1er mai prochain. Ça tousse un peu.

L’assemblée générale d’EDT Normandie (Entrepreneurs Des Territoires), qui s’est déroulée le 28 janvier dernier à Torigni-sur-Vire, a quasiment fait le plein de ses adhérents. Un signe de dynamisme dans le cadre d’une actualité riche avec des sujets qui fâchent comme le GNR. 

Une moisson au GNR
L’arrêté du 10 décembre 2010 rend obligatoire l’utilisation du GNR (Gazole Non Routier) à tous les engins mobiles non routiers à partir du 1er mai 2011, à l’exception des tracteurs agricoles et forestiers pour lesquels l’obligation est fixée au 1er novembre 2011. Une exception qui complique le dossier plus qu’elle ne le simplifie. Agriculteurs et entrepreneurs de travaux agricoles vont se retrouver confrontés aux mêmes difficultés. La moisson 2011 va être sport avec des tracteurs roulant au carburant “historique” et des moissonneuses-batteuses au GNR. Rebelote à l’automne avec les ensileuses et les arracheuses à betteraves, tout au moins jusqu’à la Toussaint. Avec cet anachronisme calendaire, c’est toute la logistique qui pose questions. Quel carburant commander aujourd’hui et en quelles quantités ? Faut-il s’équiper en cuves supplémentaires ? Faut-il nettoyer les cuves existantes avant de faire le plein de GNR ? Faut-il vidanger les réservoirs des engins automoteurs (...) ? Autant de questions restées pour la plupart sans réponses véritablement tranchées malgré la présence de Jean-Jacques Guéno, représentant de LCN (Les Combustibles de Normandie), principal acteur de la distribution dans notre région.

Des réponses, il faudra bien pourtant en apporter car ce n’est  pas avec un mais deux GNR qu’entrepreneurs et agriculteurs devront jongler demain. Un d’été (0oC) et un d’hiver (-15oC). L’été commence-t-il tous les ans le 21 juin et l’hiver le 21 décembre côté température ? Encore une zone d’ombre sans parler de tous les aspects techniques. Quid de la pérennité des moteurs, notamment avec ceux de nouvelle génération, avec le nouveau GNR ? “Demandez à vos tractoristes”, répond le distributeur. 

Un surcoût de 20 e/1 000 l
Cette nouvelle législation a un coût. Il devrait avoisiner les 20 e aux 1 000 litres. Encore ne s’agit-il là que de la face cachée de l’iceberg. S’il faut investir dans de nouvelles cuves, acheter des additifs pour nettoyer les tuyauteries, passer du temps pour purger les réservoirs à l’inter-saison (...), la facture risque d’être beaucoup plus salée.
Malgré ces vicissitudes, les entrepreneurs de travaux agricoles et forestiers croient en leur avenir et se penchent sur le renouvellement des générations. Ils sont allés au cours de l’hiver à la rencontre de jeunes en formation agroéquipement de l’IREO de Condé-sur-Vire . Des jeunes, présents à cette assemblée générale et qui ont nourri le débat et les échanges. “De la culture et de la polyvalence”, c’est ce que leurs futurs employeurs leurs demandent.

Courrier de la FNSEA
Dans un courrier à Eric Besson, ministre en charge de l’Energie, Xavier Beulin (président de la FNSEA), prend acte de cette dérogation, mais déplore que l’arrêté exclut les engins agricoles automoteurs, comme les moissonneuses-batteuses. “De deux choses l’une, soit les agriculteurs devront gérer deux types de carburant sur leur exploitation, du 1er mai au 1er novembre, soit ils devront passer au nouveau carburant dès le 1er mai. Il en résulte que la restriction de la dérogation
aux tracteurs annule totalement son intérêt, surtout que les exploitants agricoles seront en pleine période de récoltes entre mai et novembre”, indique-t-il.  D’où sa demande de procéder à une modification de l’arrêté pour étendre la dérogation à tous les engins agricoles non routiers jusqu’au 1er novembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Session de la Chambre d’agriculture de l’Orne lundi 21 juin 2021, sans les représentants de l’Etat qui ont fait valoir leur droit de réserve en raison du second tour des élections le 27 juin 2021.
La récolte 2021 s’annonce belle dans l'Orne
La dernière session de l’Orne, lundi 21 juin, a été marquée par l’absence, pour cause d’élections, du personnel administratif d’…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
« Marc Vandecandelaere (président de la coopérative Linière du Nord de Caen : « St-Manvieu-Norrey est le site idéal, pas de voisin et pas de consommation de terres agricoles » . DR
Le site de teillage à Saint-Manvieu-Norrey opérationnel en septembre 2022
Le permis de construire est déposé. Si tout va bien, la nouvelle usine de teillage de St-Manvieu-Norrey  (14) devrait être…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Publicité