Aller au contenu principal

Le jugement est tombé dans l'affaire Boucherie abolition

e mardi 5 novembre 2019, le tribunal d'Evreux a rendu son verdict dans l'affaire où quatorze militants anti spécistes de Boucherie abolition étaient inculpés.

© CC

Les chefs d'accusation étaient lourds et nombreux : vol aggravé, violation de domicile, dégradation, le tout après être entrés illégalement dans trois exploitations de l'Eure, d'Eure et Loir et de l'Orne.

Le procès du 20 septembre 2019
Le procès du 20 septembre s'était tenu dans une ambiance surréaliste avec des accusés ne montrant aucun regret de leurs actions mais se positionnant comme des justiciers, des lanceurs d'alerte et tentant de faire le procès de l'élevage et faisant des comparaisons plus que douteuses en assimilant les éleveurs à des nazis, des capos...
Toutes les personnes familières de l'Histoire apprécieront de telles comparaisons et la procureure de la République d'Evreux avait requis des peines exemplaires face à de tels comportements, réclamant de la prison ferme pour les deux prévenus perçus comme les meneurs, du sursis pour les autres ainsi que la confiscation de biens matériels ayant servi aux délits.

Un verdict en l'absence des prévenus et de leurs avocats
Le juge a rendu son verdict un peu avant 14 heures. L'ambiance était particulière au milieu des présents venus pour d'autres affaires et surtout en l'absence des accusés de Boucherie Abolition et de leurs avocats. Les médias (presse écrite et TV) avaient pourtant fait le déplacement.
Le juge a retenu les chefs d'inculpation suivants : vol aggravé, violation de domicile et dégradation du bien d'autrui commise en réunion. A cela s'ajoute le délit de refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l'identification.
Les peines prononcées vont de un à dix mois de prison avec sursis selon les prévenus. De très modestes condamnations financières pour préjudice moral ont été accordées aux parties civiles.

Dominique Jouandet (exploitant associé du Gaec du Marchis à Beaulieu - 61) : « nous sommes déçus »
« Nous sommes déçus. Les prévenus ont des peines de 1 à 10 mois de prison avec sursis. Il n'y a pas de prison ferme. Ce ne sera pas dissuasif pour de nouvelles recrues de Boucherie abolition qui voudraient s'introduire dans des élevages. Car il n'y aura pas la menace de la prison ferme. Les peines financières ne sont pas très élevées. Nous espérions rentrer dans nos frais. Mais les amendes et les dédommagements de l'assurance ne couvrent pas les frais d'avocats. Quand les prévenus auront payé leur amende - s'ils la paient car certains d'entre eux ne sont pas solvables - nous aurons encore 3 000 EUR à sortir de notre poche. Et c'est sans compter les faux frais et le temps passé. Nous sommes les victimes et c'est à nous de payer. Nous n'allons pas faire appel et nous espérons qu'eux non plus. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité