Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le lait de jument : du petit-lait pour Hervé Morin

Hervé Morin, président de la Normandie, a apporté son soutien politique à l’exploitation Chevalait, jeudi 26 avril. La visite rentre dans le cadre du plan de sauvegarde des races normandes. En l’occurrence, des Percherons. Les éleveurs souhaitent créer une filière lait de jument normande.

De gauche à droite : Etienne Decayeux (exploitant agricole), Bertrand Deniaud (vice-président de la Région), Laurent Marting (conseiller régional) et Hervé Morin(président de la Région Normandie).  
Biernacki / Région Normandie
De gauche à droite : Etienne Decayeux (exploitant agricole), Bertrand Deniaud (vice-président de la Région), Laurent Marting (conseiller régional) et Hervé Morin(président de la Région Normandie).
Biernacki / Région Normandie
© Biernacki / Région Normandie

lll Étienne et Julie Decayeux élèvent 200 chevaux : juments, poulains et étalons, Percherons et Traits du Nord. Le couple a développé une activité de traite d’une centaine de juments, trois fois par jour. La production annuelle atteint 70 000 l de lait bio. Le lait est transformé et commercialisé en produits cosmétiques et alimentaires, sous forme de lait frais ou de poudre. On le trouve dans des magasins tels que Bioocop, Naturéo, La Vie Claire ou Grand frais.
Le concept plaît et fonctionne :
l’exploitation ornaise emploie désormais dix personnes. Et elle contribue à la sauvegarde des Percherons, race considérée en voie d’extinction en Normandie. Dans le cadre du plan d’aide de la Région pour la sauvegarde des races normandes, Hervé Morin, président de la Normandie, a apporté son soutien à l’exploitation, jeudi 26 avril. Et plus spécifiquement au combat en cours du couple.
Depuis trois ans, Julie et Etienne Decayeux cherchent à faire reconnaître « le lait de jument comme ingrédient pour le lait infantile. Il est le premier lait que l’Homme a consommé, il y a plus de 4 000 ans », argumente Julie Decayeux. Les éleveurs financent une thèse pour soutenir les bienfaits de leur produit en nutrition infantile. Hervé Morin devrait plaider leur cause auprès du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, « dans le but d’obtenir une autorisation de mise sur le marché par l’agence européenne de la santé, poursuit Julie Decayeux. Nous sommes tous seuls et tout petits.» Alors un soutien politique est le bienvenu.
Le 20 juin, Julie Decayeux se rend à Bruxelles avec le Conseil des chevaux pour défendre son dossier. « Si le lait de jument est reconnu comme ingrédient infantile, une filière lait de jument normande pourrait voir le jour. Une vingtaine de fermes comme la nôtre pourraient exister en Normandie. Elles créeraient 200 emplois. Et élèveraient 2 000 chevaux. » De quoi contribuer à la sauvegarde de la race.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité