Aller au contenu principal

Karine Gervaise
Le lait à part entière

Karine Gervaise s'est installée en dehors du cadre familial. Attirée par l'élevage, c'est la rencontre avec son mari qui lui a donné la perspective de devenir agricultrice.

© AD
“ C'était le lait ou le cheval”, confie Karine Gervaise, 29 ans passionnée d'élevage, et installée depuis trois ans. Karine a finalement opté pour le lait. “Les chevaux c'est trop risqué, ça marche ou ça casse, et puis c'est difficile de se faire une place dans ce milieu. Je voulais travailler dans l'élevage, mais mes parents ne sont pas agriculteurs et je ne savais pas que je m'installerais un jour”. C'est la rencontre de son mari, Xavier, durant ses études agricoles, qui lui en a offert la perspective. Lui, s'est installé en 2005, dès la fin de ses études, sur la ferme de ses parents. Elle, après un BEPA et un BPREA passés en apprentissage, a travaillé quatre ans chez un maraîcher de la région avant de créer une EARL avec son mari en reprenant l'activité de sa belle-mère partie à la retraite.
L'installation de Karine date de juillet 2009 et s'est bien déroulée. “J'avais déjà le nez dans les papiers et je travaillais un week-end sur deux à la ferme lorsque Xavier était encore en GAEC avec sa mère”. Sortie de son dossier d'installation, l'éleveuse continue de passer beaucoup de temps à l'administratif. “Je pense que celui qui néglige cette partie doit vraiment perdre gros. Ces contraintes doivent détourner pas mal de monde de la profession”, présume t-elle.

Vue sur mer
A St-Pair-Sur-Mer, l'exploitation offre vue sur la mer. Un cadre jalousé des vacanciers et des professionnels du tourisme, dont ils se seraient bien passés avec le recul. “C'est vrai que c'est agréable, mais sur le plan professionnel c'est assez désastreux. Si c'était à refaire, on aurait laissé la ferme pour s'installer à quelques kilomètres plus dans les terres”, tranche Karine. Entre les incivilités des vacanciers, l'emprise touristique, la préservation du littoral, et l'expansion de la zone industrielle, les exploitants se retrouvent enclavés. Cernés sur tous les fronts, ils font un peu figure de “derniers des mohicans” dans la région. Les collectivités territoriales reprochent aussi à l'élevage, son système d'alimentation en libre-service à partir du tas d'ensilage. “Je ne comprends pas, on s'est mis aux normes”, insiste l’éleveuse.

Autonomie
Les éleveurs inséminent eux-mêmes leurs vaches depuis deux ans et font un maximum de soins. Karine souhaite être autonome le plus possible. Après quelques déconvenues, déléguer lui est assez difficile quand on parle des animaux. “Comme on dit, on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Avec Xavier, on s'est toujours dit qu'on ne resterait que tous les deux”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Après l’incendie en plaine de Caen, le fatalisme et les semis
Mardi 19 juillet 2022, un incendie a ravagé 230 ha dans la plaine de Caen. Geoffroy de Lesquen a perdu une parcelle de blé sur…
Publicité